Daniel Bertaux                                                              à tous les membres de l'AFS

 

 

Paris, jeudi 31 août 2006

 

Chers collègues,

 

Dans moins d'une semaine se tiendra à l'Université de Bordeaux2 notre deuxième Congrès national de sociologie. Plus de neuf cents d'entre vous s'y sont inscrits; le pari d'un Congrès réussi de l'AFS en région a donc été gagné.

 

Mes pensées vont d'abord à celles et ceux d'entre vous qui auraient aimé y participer, mais n'y viendront pas. La semaine que nous avons choisie est, il est vrai, difficile pour les collègues qui ont des enfants d'âge scolaire. Mais le choix était limité: il fallait que l'Université de Bordeaux2 soit ouverte, mais sans enseignements ni examens. Une alternative aurait été la dernière semaine d'août, et je l'ai proposée; mais cette solution n'est pas apparue viable à nos collègues bordelais.

 

            Je crois que ceux qui viendront à Bordeaux la semaine prochaine, bien reposés et en pleine forme, ne le regretteront pas. A l'AFS nous avons beaucoup travaillé pour mettre au point la grande et complexe machinerie d'organisation de ce Congrès. En amont, les responsables des Réseaux Thématiques ont lancé leurs appels à communication, sélectionné les résumés reçus, les ont répartis dans leurs sessions et envoyé les résultats en temps utile - enfin, presque tous -  à Sylvia Girel. Sylvia s'est alors investie dans un travail considérable, celui de construire le volume des résumés en cherchant la perfection. Elle a mis sur le site de l'AFS les informations au fur et à mesure qu'elle les recevait et les traitait; informations qui seront également disponibles sur place sous la forme papier du Volume du Congrès. Dan Ferrand-Bechmann a assuré la liaison entre le Comité Exécutif de l'AFS et l'équipe d'accueil à Bordeaux - laquelle a, à partir de février dernier, préféré sous-traiter le gros du travail d'organisation à une petite structure, "Objectif Congrès". Dan s'est dépensée sans compter depuis plusieurs mois pour mettre au point chaque détail. De leur côté les membres du CE, en particulier Louis Chauvel, Philippe Cibois, Lise Demailly, Abou Ndiaye, moi-même et quelques autres ont fait ce qu'ils avaient à faire. Je le mentionne parce que toutes ces activités ont été accomplies à titre bénévole - même Sylvia, qui a été rémunérée par l'AFS, a fait bien plus que sa part - et qu'elles sont évidemment vouées à rester invisibles... sauf si quelque chose n'a pas fonctionné!

 

            La grande machine est désormais en ordre de marche, prête à accueillir les quelque 950 participants du Congrès à partir de mardi prochain. J'ajoute quatre précisions:

 

            . notre collègue Michel Wieviorka a été élu en juillet, à Durban, Président de l'Association Internationale de Sociologie. C'est la première fois, depuis sa fondation en 1947, que l'AIS élit un président français; c'est donc pour nous tous un évènement très important (de plus Louis Chauvel, notre délégué à l'AIS, a été élu au CE de l'AIS). Michel vient au Congrès jeudi 6 pour parler dans l'une des semi-plénières; il s'adressera à notre Assemblée Générale pour exposer ses projets à l'AIS et inciter les collègues français à s'inscrire beaucoup plus nombreux dans ses Comités de recherche (car jusqu'ici la participation française à l'AIS a été ridiculement faible).

 

            . dans ce même ordre d'idées d'internationalisation de la sociologie française, j'ai pris l'initiative d'inviter à notre Congrès de Bordeaux les Présidents et Secrétaires généraux des Associations Italienne et Portugaise de Sociologie. Ce sont quatre personnes qui sont à la fois très francophiles et francophones, qui sont à la tête d'Associations très dynamiques, et qui désirent vivement densifier les contacts avec des sociologues français au moyen d'écoles d'été pour doctorants, de colloques, d'échanges entre universités... On pourra les rencontrer et leur parler au cours d'une réunion ouverte à tous les participants du Congrès (réunion "RESU", pour "Réseau des associations de sociologie de l'Europe du Sud") le mercredi 6 à l'heure du déjeuner (il y aura des sandwiches sur place). J'espère que la salle sera pleine!

 

            . la Mairie de Bordeaux nous a averti (hier seulement...), par un simple fax envoyé à Objectif Congrès, qu' "en raison de la démission du Conseil municipal" toutes les réceptions à la Mairie étaient annulées, dont celle qui était prévue pour les congressistes de l'AFS le mardi 5 au soir. Nous avons aussitôt réagi, grâce aux contacts d'Abou Ndiaye avec des collectivités locales; et je viens d'apprendre que grâce à lui, le Conseil Régional d'Aquitaine nous invite à un cocktail le mardi 5 à 19h 30.  

 

            . la fête (dansante) du jeudi soir se tiendra dans un "château" du Bordelais, le château Lafite Laguens, chemin du Loup à Yvrac (environ 15 kms de Bordeaux). Nous avons prévu quatre cents personnes, mais ATTENTION: pour en réduire le coût il est essentiel que nous sachions dès mardi matin qui y viendra et qui n'y viendra pas. Je demande donc à celles et ceux qui n'arriveront à Bordeaux que le mercredi ou le jeudi (et seulement à eux, pas à celles/ceux qui arrivent dès le mardi matin! Pour ceux-là il y aura une liste d'inscription) et qui viendront à cette fête du jeudi soir de le confirmer immédiatement en envoyant un mail à l'adresse e-mail suivante: webafsso@afs-socio.fr. Précisez également si vous êtes motorisés, ou si vous comptez sur un des autocars que nous devrons louer pour les "piétons".     

 

Sur les élections du nouveau Comité Exécutif: comme vous le savez il est renouvelé par moitié tous les deux ans. Dix membres - sur vingt - sont donc sortants, dont Sylvia Girel, Louis Chauvel, Catherine Dechamp-Leroux, Dominique Memmi, moi-même (certains d'entre nous se présenteront à nouveau). Jusqu'ici une seule nouvelle candidature a été enregistrée, celle de Claude Martin, cf. notre site afs-socio. Or le CE a besoin de collègues actifs et prêts à consacrer une (petite) partie de leur temps aux activités de l'AFS; avis donc aux intéressé(e)s! Quant à l'élection du nouveau Président, Dan Ferrand-Bechmann a indiqué qu'elle était prête à assumer la nouvelle présidence; il y aura donc au moins une candidature, la sienne.

 

Un dernier mot: je proposerai à l'AG de constituer une équipe de médiation qui aurait pour tâche de pacifier quelque peu les conflits locaux qui, ici ou là, éclatent dans notre milieu (à raison de deux ou trois interventions par an au maximum). J'ai choisi cette voie, de préférence à celle du vote par l'Assemblée Générale d'une Charte éthique de l'AFS: voie qui demandera à l'évidence une préparation de plusieurs mois. J'espère que ma proposition d'une équipe de médiation sera bien accueillie. Bruno Péquignot, Philippe Cibois et Jacqueline Heinen ont accepté d'en faire partie; j'aimerais en être et y ajouter encore deux femmes.

 

Je souhaite donc à tous nos membres, à ceux qui viendront à Bordeaux comme à ceux qui n'y viendront pas, une année universitaire productive et fertile. J'ai été très heureux de contribuer à créer et développer cette Association, qui s'avère utile de multiples façons, tant à nombre d'entre nous individuellement qu'à notre profession dans son ensemble. Peut-être pourrai-je encore aider, dans un rôle plus modeste au sein du CE, à développer les conditions pour qu'un nombre croissant de collègues densifient leurs contacts avec des sociologues d'autres pays, en particulier des sociologues européens.

 

Bien  cordialement,

 

Daniel Bertaux