Séminaires, rencontres, journées d'études

Matinale de l'IFRIS - Deux ans après l'étude Séralini : comment évoluent les tests de toxicité ? - jeudi 11 décembre 2014

L’Institut Francilien Recherche Innovation Société (IFRIS), avec le soutien du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) et de l’université Paris-Est (UPE), a le plaisir de vous convier à la septième séance de ses Matinales. Conçus comme un lieu de débats et de confrontations d’idées autour de résultats de recherche et de publications récentes, ces rendez-vous mensuels sont l’occasion de rencontres privilégiées, et parfois inattendues, entre les chercheurs de l’IFRIS et différents types d’acteurs (académiques, journalistes, responsables de l’administration, membres de la société civile, …).

Programme

Jeudi 11 décembre, de 9h00 à 10h30

Deux ans après l'étude Séralini : comment évoluent les tests de toxicité ?

La question des tests de toxicité est posée par de nombreuses affaires sanitaires et environnementales aujourd'hui. Si les risques liés au bisphénol A, aux OGM, à l'aspartame mais aussi à certains pesticides font controverse, c'est aussi parce que d'aucuns considèrent que ces risques sont mal évalués. Les tests de toxicité tels qu'ils sont pratiqués par les industriels, et utilisés par les autorités sanitaires, manqueraient de révéler la totalité des effets nocifs de ses produits. 

En septembre 2012, le professeur Gilles-Eric Séralini et ses collègues tentaient, par une publication dans Food & Chemical Toxicology, de montrer que la limitation conventionnelle des tests de toxicité pour les OGM à 90 jours empêchaient de mesurer les effets indésirables de l'exposition à ces substances. En portant l'expérimentation à deux ans, l'équipe Séralini revendiquait des effets cancérigènes de l'exposition au NK603 et au Round-Up. La publication ouvrait ainsi, parmi d'autres débats, celui de savoir si et comment il fallait faire évoluer le protocole à 90 jours recommandé par l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments et la réglementation européenne. 

Deux ans après cette publication, les tests de toxicité évoluent-ils davantage ou autrement ? Le protocole du test à 90 jours a t-il évolué, dans les textes ou en pratique ? De nouveaux tests, à deux ans ou autre, sont-ils venus compléter la batterie de tests que l'on applique aux OGM ? Plus généralement, qu'est-ce que cette affaire dit de la manière dont des tests sont construits, puis répliqués, validés, parfois standardisés pour fonder ce qu'on appelle parfois toxicologie réglementaire ? Qui fondent ces normes de preuve ? 

David Demortain, sociologue des sciences et de l'action publique à l'INRA, viendra discuter de ces questions et des recherches récentes qui peuvent les éclairer, en compagnie de:

  • Robert Barouki, directeur de recherche, Laboratoire Pharmacologie, Toxicologie et Signalisation cellulaire, UMR S747 Université Paris Descartes et INSERM
     
  • Nicolas Defarge, chercheur, Laboratoire OERECA-IBFA/Université de Caen Basse Normandie et Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie Génétique (CRIIGEN)
     
  • Stéphane Foucart, du journal Le Monde (sous réserve)
En partenariat avec :
L’inscription est obligatoire : prountzou@ifris.org
 
Accès :
Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Salon d’honneur (Accès 37, 1er étage, Salle 50 Honneur)
2, rue Conté - 75003 PARIS (Métro Arts-et-Métiers, lignes 3 et 11)

Plan d'accès

LA VILLE PAR SES ACTEURS Terrain et théorie Atelier des doctorants du Réseau Thématique 9 « Sociologie de l’urbain et des territoires »

Le Réseau Thématique « Sociologie de l’urbain et des territoires » (RT9) de l’Association Française de Sociologie organise un atelier permettant à des doctorants de présenter leur travail et leurs questionnements à plusieurs générations de chercheurs. Cet évènement est ouvert à toutes les personnes intéressées par la dimension spatiale des études sociologiques, quel que soit leur objet de recherche et l’état d’avancement de leurs travaux.
Dans le sillage de l’atelier 2013, le thème de cette année est une nouvelle invitation à plonger au coeur de la « boîte noire » de nos thèses en présentant le processus de construction de l’acteur de l’urbain, objet de recherche hybride et vivant, et la façon de l’appréhender tant d’un point de vue théorique que méthodologique. Dans quelle mesure ces acteurs contraignent-ils le chercheur à réviser ses catégories d’analyse, à revoir sa posture et son cadre théorique ? Comment le chercheur se positionne-t-il en tant qu’acteur de l’urbain ? Ces grandes questions seront abordées au sein de trois sessions thématiques, au cours desquelles les doctorants sont invités à discuter aussi bien des résultats exposés par les intervenants, que de leur méthode d’enquête, de leur cadre théorique ou encore de leur posture éthique.

Le 16 décembre 2014, de 09h à 19 h.
Université de Lille 1, Cité scientifique, 59650 Villeneuve d’Ascq
(M° Cité scientifique – Professeur Gabillard)
Faculté des sciences économiques et sociales,
Bâtiment SH2, Salle du Conseil.

L’inscription à l’atelier est gratuite et obligatoire, par envoi d’un e-mail à l’adresse suivante : atelierdoctorantsrt9@gmail.com

Le sport, entre identités locales et identité européenne

Dans le cadre du séminaire international et interdisciplinaire « L’européanisation des politiques sportives » (2014-2016) co-organisé par l’université de Strasbourg et l’université Libre de Bruxelles (projet d’excellence « Europe », université de Strasbourg), deux journées d'études se dérouleront à Strasbourg les 26 et 27 janvier 2015 sur la thématique « Sport, entre identités locales et identité européenne ».

"Aux sources de l'utopie numérique - De la contre-culture à la cyberculture"

Le Centre d’étude des mouvements sociaux

 

a le plaisir de vous inviter à la conférence

 

 

Aux sources de l’utopie numérique

De la contre-culture à la cyberculture

 

 

donnée par

Fred TURNER (Stanford University)

 

 

et animée par

Monique Dagnaud, Dominique Cardon et Olivier Alexandre

 

 

 

Le jeudi 18 décembre 2014

 

de 18h30 à 20h

 

à l’EHESS, 105 Bd Raspail 75006 Paris

Amphithéâtre François Furet

 

 

Au début des années 1990, de nombreux experts ont vu dans la création du Web l’acte de naissance d’une communauté virtuelle. Les ordinateurs en réseau rendaient possible le dépassement des frontières physiques et ouvraient une ère de communion électronique. Cette utopie à portée de main trouve son origine dans la contre-culture nord-américaine. Dans cette conférence, Fred Turner remontera le fil reliant le Whole Earth Catalog, journal emblématique des communautés hippies, à Wired, magazine fanion des technologies numériques. Cette remontée dans le temps éclaire la généalogie d’un projet de société, né dans les entreprises de retour à la terre des années 1960 et systématisé à partir des années 1990 en une conception néolibertaire et technophile du social.

 

* * *

 

Fred Turner est professeur associé au département de Communication de l’Université de Stanford. Il fut également journaliste, enseignant à Harvard et au MIT. Il est notamment l’auteur de The Democratic Surround (2013), Aux sources de l'utopie numérique (C&F Editions, 2012) et Echoes of Combat (1996).

 

* * *

 

Conférence organisée avec le soutien de Terra Foundation for American Art et C&F Éditions

 

Pages