Séminaires, rencontres, journées d'études

Supportérismes et engagement militant dans l’espace public en Europe. Identités, actions collectives et réseaux

L'unité de recherche "Sport et sciences sociales" (université de Strasbourg) fait partie du PRojEx Europe, un projet d'excellence porté par l'UMR Sage et qui a pour objet d'étudier les nouvelles frontières de la démocratie, de l’intégration et des politiques européennes.

Interdisciplinaire, international et itinérant, le séminaire propose de discuter et de diffuser les résultats de recherches récentes ou en cours sur les processus de reconfiguration tant de l'espace sportif européen que des espaces sportifs nationaux sous l'effet de la construction européenne. Seront également abordés des travaux portant sur les pratiques sportives en Europe et autour du bassin méditerranéen dans une perspective comparative.

Le 4ème séminaire aura lieu à Neuchâtel (Suisse) et traitera de la question des supportérismes.

Dates : 10 et 11 septembre 2015.

TRANSPORTS et MONDES PROFESSIONNELS & METIERS de la VILLE : Conducteurs de Taxis

Séminaire de recherche du RT1

CONDUCTEURS de TAXIS

Le 16 juin 2015 de 14h à 17h à l'IFSTTAR, Marne la Vallée, Bâtiment Bienvenüe, salle B 021

 

  • Guillaume LEJEUNE

Le taxi dans la ville : Un "petit métier" des transports en crise ?

 

  • Roger MALACK

Les taxis motos : Genèse et découverte d'un "nouvel acteur" de la mobilité urbaine

 

Contact : Charles GADEA (cgadea@u-paris10.fr   Reinhard GRESSEL (reinhard.gressel@ifsttar.fr)

 

Des phobies réciproques entre musulmans et non musulmans à Bruxelles ? Conférence.

Conférence de Brigitte Maréchal (professeure de sociologie):

Des phobies réciproques entre musulmans et non musulmans à Bruxelles ?

Dans un contexte de malaise latent où se généralise l’usage du terme «islamophobie» et de jugements à l’emporte-pièce tel celui de «l’échec de l’intégration», quels sont les regards et relations réciproques qui sont entretenus entre musulmans et non musulmans à Bruxelles ? A la suite d’une recherche menée par le CISMOC en 2013, entre autres sur base de « forums réflexifs », nous tentons de faire le point sur les relations qui se construisent entre les jeunes mais aussi dans les écoles, les hôpitaux et les entreprises.

 

Le 18 juin 2015

15h-17h

 

Salle des thèses

Bâtiment Freinet – 1er étage

UFR SHS – Université de Rouen

Fichier attaché: 

JE : Inégalités sociales et langagières : Quels éclairages dans les outre-mer ?

Voici le programme des journées d'études : Inégalités sociales et langagières : Quels éclairages dans les outre-mer ?

Lieu : IRIHS, Université de Rouen, campus de Mont Saint Aignan

Jeudi 21 mai

 

9h30

Foued Laroussi & Elise Palomares (Dysola, université de Rouen) : Ouverture

10h-11h

Stéphanie Guyon (Curapp, U Jules Vernes – Picardie) : « Des indigènes aux citoyens : l'entrée en politique des Kanak de Nouvelle-Calédonie et des Amérindiens de Guyane française »

11h-11h30

Pause

11h30-12h30

Michel Lafon (Llacan-CNRS-IFAS, Research Fellow CentRePoL, University of Pretoria): “La politique de langue dans l'éducation en Afrique du Sud »

12h30-14h

Pause déjeuner

14h-15h

David Guyot (sociologue, expert consultant) : « Politiques publiques et invention d'inégalités sociales »

15h-15h30

Nicolas Roinsard (Laboratoire CRESPPA-GTM Paris, Université Blaise Pascal Clermont-Fd) : « Mutations et inégalités sociales : regards sur la jeunesse mahoraise »

15h30-16h

Pause

16h-16h30

Fabien Liénard (UMR IDEES Le Havre, IUT du Havre), « Communautés de paroles virtuelles mahoraises : pour une approche de l’écriture électronique »

16h30 - 17h

Mehmet-Ali Akinci & Régine Delamotte (Dysola, Université de Rouen), « Production et compréhension d'écrits en français d'élèves plurilingues de Mayotte »

 

 

Vendredi 22 mai

 

9h-10h

Mylène Lebon-Eyquem (Université de la Réunion) : « Pratiques enseignantes et approche mononormative : regards sur les activités dans les classes réunionnaises et sur leurs conséquences »

10h-11h00

Antoine Math (IRES), « Protection sociale et discriminations institutionnelles à Mayotte : un point de vue »

11h-11h30

Pause

11h30-12h30

Daniel Véronique (Laboratoire Parole et Langage, UMR 7309 CNRS, Université Aix-Marseille) : « Enjeux sociaux et conflits linguistiques à Maurice et à la Réunion »

12h30-14h

Pause déjeuner

14h-14h20 

Myriam Hachimi (Cirtai, UMR IDEES, U-Le Havre),  Elise Palomares & Elise Lemercier (Dysola, Université de Rouen) : « Renforcer les frontières de la nation : le processus de singularisation vis à vis des Comores »

14h20-14h40

Mlaili Condro & Violaine Girard (Dysola, Université de Rouen) : « Regards croisés sur le logement social : acteurs institutionnels et représentation de l'Etat issue de l'histoire coloniale »

14h40-15h00

Idriss Mamaye : « Actrices et acteurs de la Partition des Comores. Le mouvement des Chatouilleuses, entre intégration et exclusion- années 1960-1970 »

15h

Foued Laroussi : Clôture

 

 

 

 

29ème école d'été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales

 

29ème Ecole d'été de Lille

Méthodes Quantitatives en Sciences sociales

Du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015

Lille - France

 

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 29ème école d’été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales (QUANTILILLE) aura lieu à Sciences Po Lille du jeudi 3 septembre au jeudi 10 septembre 2015.

Cette formation, organisée par le Ceraps, et soutenue par le CNRS, le CDSP, l'ECPR, le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, l’IEP de Lille, l’Université de Lille 2 et l'AFSP, est ouverte à toute personne durablement inscrite dans un processus de recherche : chercheurs et ingénieurs de recherche, enseignants-chercheurs, assistants de recherche, post-doctorants, doctorants, français et étrangers…

En 2015, elle propose deux modules qui se tiendront en parallèle

1. L’analyse de réseaux

(co-organisé par Pierre Mercklé et Julie Pagis)

2. Les approches cartographiques dans les sciences sociales

(co-organisé avec Jean Rivière)

Tous les cours sont donnés en français.

Chaque module ne pouvant accueillir que 20 personnes au plus, vous êtes invité(e)s à candidater le plus tôt possible (et, en tout cas, avant le 25 mai 2015). Les personnes appartenant au CNRS et à une institution membre de l’ECPR étant prioritaires.

Vous trouverez l’ensemble des informations nécessaires quant au programme et aux modalités d’inscription, de financement ou d’hébergement, sur le site de l’école : http://quantilille.free.fr(ou, pour résumer, quantilille.free.fr).

.

Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser :

-soit au responsable de l’organisation : Younès Haddadi (ceraps@univ-lille2.fr)

-soit aux responsables scientifiques de l’école : Jean-Gabriel Contamin (jean-gabriel.contamin@univ-lille2.fr), Julie Pagis (julie.pagis@univ-lille2.fr), Etienne Penissat (etienne.penissat@gmail.com), Emmanuel Pierru (emmanuelpierru@aol.com) et Alexandre Mairot (alexandre.mairot@sciencespo.fr).

 

Au plaisir de vous accueillir…

Bien cordialement,

Les organisateurs

 

Fichier attaché: 

Lire les sciences sociales, Séance sociologie de l'art (20 mai)

Présentation et discussion de

 

Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires et culture lettrée en France au XXe siècle

(La Dispute, coll. Arts, Culture, 2013)

 

de Olivier Roueff par Wenceslas Lizé en présence de l’auteur

 

Jazz, les échelles du plaisir, histoire sociale inédite, accessible et vivante du jazz en France, éclaire l’histoire culturelle du XXe siècle sous un jour nouveau. Il montre comment musiciens, auditeurs et intermédiaires culturels se rassemblent, et parfois se confrontent, pour faire vivre les plaisirs du jazz. Olivier Roueff, sociologue et spécialiste du jazz, raconte les hauts faits des musiciens (de Django Reinhardt à Martial Solal) et les grandes batailles critiques (Hugues Panassié contre Boris Vian, le free jazz…) qui peuplent la mémoire des passionnés. L’auteur analyse la formation des industries culturelles et la « racialisation » de l’érotisme musical, l’invention de la « musique des jeunes » et les rendez-vous féconds ou manqués entre cultures populaires et savantes, les rapports complexes entre développement des politiques culturelles, marchandisation des musiques et défense de l’« authenticité ». L’ouvrage s’appuie sur des données abondantes et variées, des archives du music-hall à l’ethnographie des jazz-clubs. Il est accompagné d’un site internet qui propose aux lecteurs des compléments d’analyse, ainsi que de nombreux documents textuels, sonores et visuels. Référence incontournable pour tous les passionnés de jazz, ce livre s’adresse également aux chercheurs, enseignants et étudiants en sciences humaines et sociales, et au grand public au-delà des seuls amateurs de jazz.

Pour plus d’informations sur l’ouvrage, consulter le site associé au livre : http://www.plaisirsdujazz.fr/

 

Manet, une révolution symbolique. Cours au Collège de France, 1998-2000

(Le Seuil, Raisons d’agir, Cours & Travaux, 2013)

de Pierre Bourdieu par Olivier Roueff

 

Comment s’opère une révolution symbolique et comment réussit-elle à s’imposer ? À travers le cas exemplaire d’Édouard Manet, c’est à cette question que s’est confronté Pierre Bourdieu dès les années 1980 et à laquelle il a consacré les dernières années de son enseignement au Collège de France. Ce deuxième volume des cours inédits du sociologue, accompagnés d’un livre resté inachevé, marque ainsi l’aboutissement d’une réflexion centrale dans son œuvre. Située en pleine crise de l’Académie, à un moment où la croissance du nombre des peintres remettait en cause la tutelle de l’État sur la définition de la valeur artistique, la rupture inaugurée par Manet a abouti à un bouleversement de l’ordre esthétique. La nouvelle vision du monde qu’elle a engendrée a imprimé sa marque jusqu’à nos jours. En abordant la genèse des tableaux de Manet comme une série de prises de position qui sont autant de défis lancés à l’académisme conservateur des peintres pompiers, au populisme des réalistes, à l’éclectisme commercial de la peinture de genre et même aux « impressionnistes », Bourdieu montre qu’une telle révolution est indissociable des conditions d’émergence des champs de production culturelle.

Olivier Roueff est sociologue, chargé de recherche au CNRS, membre du CRESPPA-CSU. Ses recherches portent sur les systèmes d’intermédiation culturelle et la fabrique des styles de vie dans leurs dimensions de classe, de race et de genre, en France et en Inde. Il a récemment publié : Écologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience musicale, Paris, EHESS, 2009 (avec A. Pecqueux, dir.) et Intermédiaires du travail artistique. À la frontière de l’art et du commerce, Paris, La Documentation Française, coll. "Questions de culture", 2010 (avec W. Lizé et D. Naudier).

Wenceslas Lizé est sociologue, maître de conférences à l’Université de Poitiers, chercheur au GRESCO. Ses recherches portent principalement sur la culture et les pratiques culturelles, ainsi que l’art, les professions et les marchés du travail artistiques. Il a notamment dirigé avec D. Naudier et S. Sofio Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2014.

 

 

Mercredi 20 Mai 2015

14 h 00 - 17 h 00

CNRS/site Pouchet, 59-61, rue Pouchet, 75017 Paris
Métro ligne 13 (Guy Moquet/Brochant), Bus 66 (La Jonquière)

 

Site internet : http://www.llss.hypotheses.org

Page Facebook : www.facebook.com/lirelessciencessociales

Saisissez ici le texte de votre annonce...

Conference: Covering West Africa. Photojournalism in Times of Conflict, NYU, April 22, 2015

CONFERENCE

COVERING WEST AFRICA: PHOTOJOURNALISM IN TIMES OF CONFLICT

 


CIRHUS

New York University (NYU)

4 Washington Square North

New York, NY 10003


April 22, 2015 - 6:30 p.m.


Slideshow of photographs by:

Joe Penney: Photographer and photo editor, Reuters in West and Central Africa, co-founder of sahelien.com supported by the Open Society in West Africa (OSIWA)


Roundtable discussion with:

Susie Linfield: Associate Professor, Arthur L. Carter Journalism Institute, NYU; author of The Cruel Radiance: Photography and Political Violence (Chicago: Chicago University Press, 2010)

Azu Nwagbogu: Director, African Artist’s Foundation; director, LagosPhoto Festival; jury member, 2015 World Press Photo

Joe Penney: Photographer and photo editor, Reuters in West and Central Africa; co-founder of sahelien.com supported by the Open Society in West Africa (OSIWA)

Whitney Richardson: Photo editor, The New York Times; producer and writer, LENS photography blog; co-producer of the New York Portfolio Review, 2015


Organized by:

Jean-Philippe Dedieu: CIRHUS Research Fellow, NYU; author of La parole immigrée: les migrants africains dans l’espace public en France, 1960-1995 (Paris: Klincksieck, 2012)


An event sponsored by:

Arthur L. Carter Journalism Institute, NYU

CIRHUS, NYU

Institute of French Studies, NYU 

Sahelien.com


Seating is limited. RSVP to cirhus@nyu.edu


storify.com/jphdedieu/coveringwestafrica

http://ifs.as.nyu.edu/object/ifs.events.conflict

http://cirhus.as.nyu.edu/object/conflict-photojournalism-west-africa.html

Journées d'étude Syndicalisme et santé au travail - 6 et 7 mai 2015, Paris

Colloque URMIS-CIEMI "Retour sur "l'intégration à la française" - 5 mai - Université Paris 7

RETOUR SUR « L’INTÉGRATION À LA FRANÇAISE »
Après l'échec de la "refondation", comment sortir de l'enlisement ?

 

MARDI 5 MAI 2015
Université Paris 7 Diderot - Amphi Buffon

15 rue Hélène Brion 75013 Paris - M° Bibliothèque François Mitterrand

Colloque organisé par l'URMIS et le CIEMI

 

Inscription nécessaire : http://www.ciemi.org/colloquemai.html


En 2012, le gouvernement Ayrault a lancé un chantier visant à «refonder» la politique d’intégration.L’objectif était d’opérer « un changement de regard sur les personnes immigrées et leurs descendants ». Plusieurs groupes de travail ont produit des rapports contenant des analyses et des propositions. Mais un mois après leur publication, une polémique médiatique usant d’un discours nationaliste qui annonçait la fin du « modèle républicain », a conduit à « enterrer » ces rapports avant même qu’ils n’aient été lus et discutés. Pourtant l’Histoire est têtue et les attentats de janvier 2015, ainsi que les réponses politiques qui ont suivi, ont ramené une fois encore cesinterrogations au devant de la scène.
Dans le prolongement d’un numéro de la revue Migrations Société, l’URMIS et le CIEMI organisent un colloque consacré à ces questions. Cette journée a pour but de remettre en discussion les différents rapports publics, d’analyser la séquence politique et la polémique de 2013, et de replacer les enjeux politiques dans une perspective à la fois historique et sociologique: comment dépasser la logique de l’intégration et changer de paradigme pour répondre aux processus dediscrimination et de racisation qui minent la société française ?

Programme :

9H – Ouverture et présentation de la journée : Mahamet Timera – Directeur de l’URMIS

 

9H30-11H00 - Intégration, islam et laïcité : analyses socio-historiques de la construction du problème public -Animation : Christian Poiret (Sociologue, Urmis/université Paris Diderot)

 

  • Camille Gourdeau (Socio-anthropologue, Urmis/université Paris Diderot) : « L'idée d'intégration au prisme de la politique d'accueil des étrangers en France »

  • Françoise Lorcerie (Directrice de recherche, CNRS-Iremam) : « Un face-à-face entre laïcité et islam à l’école ? Retour sur une histoire complexe »

  • Vincent Tiberj (Chargé de recherche FNSP, Science Po Paris) : « Islam et islamophobie : cadrage musulman et dynamiques des opinions après 2001 »

 

11H00-11H30 - Pause

 

11H30-13H00 – Retour sur la séquence de la « Refondation de la politique d'intégration » : enjeux, stratégies et blocages – Animation : Aude Rabaud (Socio-anthropologue, Urmis/université Paris Diderot)

 

  • Fabrice Dhume (Sociologue, Iscra, Urmis/université Paris Diderot) : « Des conditions de production aux conditions de médiatisation des "rapports" de 2013 »

  • Lucie Delaporte (Journaliste, Médiapart) : « Traiter le sujet dans le temps de la polémique ? La stratégie éditoriale et journalistique à Médiapart »

  • Géraldine Bozec (Sociologue, Urmis/université Nice Sophia Antipolis) & Patrick Simon (Directeur de recherche, Ined) : « L'intégration refondée ? Disparition d'une politique d'Etat »

 

13H00-14H30 - Déjeuner

 

14H30-15H – (Re)mettre les propositions sur la table. Une synthèse des pistes d'action issues de divers rapports publics récents

 

  • Samuel Gaspard, Louise Lecaudey, Marine Nora-Roger-Vasselin, Camille Saint, Valentina Vitanza (Etudiant.e.s, master Migrations internationales et relations interethniques, Paris Diderot)

 

15H00-17H30 - Table-ronde : Changer de paradigme pour refaire société commune ? Les enjeux d'un renouvellement démocratique– Animation : Pedro Vianna (Rédacteur en chef de Migrations Société)

 

  • Olivier Rousselle (Conseiller d'Etat, ancien directeur du Fasild) – sous réserve

  • Esther Benbassa (Sénatrice du Val-de-Marne)

  • Chantal Lamarre (Fondatrice de Culture commune, Scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais)

  • Mohamed Mechmache (Président de l'association Aclefeu)

  • Olivier Noël (Sociologue, Université de Montpellier 3)

  • Gérard Moreau (ancien Directeur de la Population des Migrations)

17H30-18H – Mise en perspective : Jean-Luc Primon (Sociologue, Urmis/université Nice Sophia Antipolis)& Bénédicte Madelin (Ancienne directrice de Profession banlieue)

Journée d’étude « Les STS ont-elles un SUD? » (7 avril 2015)

Journée d’étude « Les STS ont-elles un SUD? » - Les apports des approches postcoloniales aux études sur la science

 

Mardi, 7 avril 2015

La Fédération 3 S de USPC organise une journée d’étude « Les STS ont-elles un SUD? » - Les apports des approches postcoloniales aux études sur la science, le  7 avril 2015 à l’Université Descartes Paris V.

Cette journée est un point de rencontre pour tous les chercheurs travaillant dans le courant des “études sociales sur les sciences” tout en étant désireux de décentrer géographiquement des objets d’étude traditionnellement ancrés dans les pays les plus industrialisés. La proposition de travail collectif est de clarifier dans quelle mesure les critiques culturelles les plus frontales des grands récits de la globalisation ou de la modernité, rassemblées ici sous le label “approches postcoloniales”, pourraient enrichir les recherches menées sur les sciences et les technologies dans des aires géographiques multiples et en particulier dans les pays du Sud.

Les objectifs de cette journée sont de faire un état des lieux des études sociales sur les sciences déployant des terrains de recherche au Sud; de constituer un réseau des chercheurs qui en sont porteurs; de mettre en relation deux domaines encore rarement confrontés (les études sociales sur les sciences et les études postcoloniales) et dans la perspective délibérément théorique du colloque sur le thème « sciences et situation postcoloniale ».

Conception & coordination:

David Dumoulin Kervran (CREDA, Univ. Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Mina Kleiche-Dray (IRD, Ceped & IFRIS), Mathieu Quet (IRD, Ceped & IFRIS)

Comité d’organisation :

Nicolas Baya-Laffitte (MEDA Sciences Po), Sarah Benabou (CAK-CNRS), Charlotte Brives (Triangle, ENS Lyon), Lydie Cabane (CERMES, Sciences Po), Elise Demeulenaere (CNRS, UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie), Vincent Duclos (FMSH-Univ. de Montréal), Jean Foyer (ISCC/CNRS), Matthieu Hubert (Conicet, Buenos-Aires), Wiebke Keim (CNRS), Allison Loconto (SENS-INRA), Laurent Pordié (Cermes3 – CNRS/EHESS/Inserm), Emilia Sanabria (Triangle-ENS Lyon), Ana Spivak Lhoste (Conicet, Buenos-Aires), Josiane Tantchou (LAMUMR5115), Frédéric Thomas (Paloc-IRD), Aurore Viard-Crétat (CAK-CNRS)

Comité scientifique :

Rigas Arvanitis (IRD Ceped), Laura Chazaro (Cinvestav-DIE, Mexico), Michel Dubois (CNRS-GEMASS), Pablo Kreimer (Conicet, Univ. Nacional de Quilmes), Anne-Marie Moulin (CNRS, SPHERE), Dominique Pestre (EHESS, CAK), Patrick Petitjean, Hebe Vessuri (IVIC, Caracas), Kapil Raj (EHESS-CAK), Laurent Vidal (IRD), Dominique Vinck (LADHUL-Univ. de Lausanne), Vinh-Kim Nguyen (U Montréal), Roland Waast (IRD Emérite)

Lieu:
Université Descartes Paris V
45, rue des Saints-Pères, 75006 Paris
(Salle R 229)

Pour plus d’information et le programme de la journée :

 
Fichier attaché: 

Les connaissances dans le marché - Table ronde (27 mars 2015)

 

La Société d’Anthropologie des Connaissances et le comité de rédaction de la Revue d’Anthropologie des Connaissances ont le plaisir de vous convier à une table-ronde à l'occasion de la parution du Dossier intitulé « Les connaissances dans le marché », co-édité par Ronan Le Velly (SupAgro, UMR Innovation) et Frédéric Goulet (CIRAD, UMR Innovation).

 

Ce dossier est disponible sur le portail CAIRN, qui diffuse en ligne la Revue d’Anthropologie des Connaissances (http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2015-1.htm). Il a été élaboré à la suite des sessions croisées organisées par les Réseaux Thématiques 12 (Sociologie économique) et 29 (Sciences et techniques en société) de l’Association Française de Sociologie, lors de son cinquième congrès tenu à Nantes en 2013.

 

La Société d’Anthropologie des Connaissances vous invite à consulter son site pour plus de précisions (http://www.socanco.org). 

 

Conçu comme un lieu de débats, ce rendez-vous est l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les éditeurs et les auteurs des articles qui contribuent à ce dossier :

 

  • Vincent Cardon (Univ. Amiens, CURAPP-ESS), Liliana Doganova (MinesParisTech, CSI), Alexandre Mallard (MinesParisTech, CSI), Gérard Marty (LEF), Tommaso Pardi (ENS Cachan, IDHES) et Jean-Marie Pillon (CEE).

La discussion sera initiée par Philippe Steiner (Univ. Paris Sorbonne, GEMASS) et Étienne Nouguez (CNRS, CSO) et animée par Ashveen Peerbaye (UPEM, LISIS).

Rendez-vous : Vendredi 27 mars 2015, de 9:00 à 13:00 à la Sorbonne, salle F 673, au bout de la Galerie Gerson, Esc. G2, 1er étage

 

Dominique Vinck (Uni. Lausanne, LADHUL) / Editeur en Chef de la RAC (ISSN 1760-5393)

Pascale Trompette (CNRS, PACTE) et Marc Barbier (INRA, LISIS) / Editeurs du dossier pour la RAC.

Journée d'études: L'approche biographique. Portée et limites heuristiques d’une approche protéiforme

 Journée d’études organisée par le Laboratoire de changement social et politique

(en partenariat avec le RT16 « Sociologie clinique » de l'AFS).

MARDI 10 MARS 2015

UFR Sciences sociales – Université Paris 7 – Amphithéâtre Turing

 

Dans le prolongement de la publication d’un dossier thématique consacré à « L’approche biographique » dans le n°17 de la revue ¿ Interrogations ?, le Laboratoire de changement social et politique, en partenariat avec le réseau thématique « Sociologie clinique » de l’Association Française de Sociologie, organise une journée d’études le mardi 10 mars 2015 afin de débattre de la portée et des limites heuristiques de l’approche biographique, dans ses différentes modalités et finalités.

 

Programme de la journée d’études

 

 

Accueil. Amphithéâtre Turing – 10h

 

 

 

Introduction, par Pascal Fugier(Laboratoire de changement social et politique, université Paris 7) –10h30

 

 

 

1ère table ronde.L’inscription des parcours biographiques dans des matrices socialisatrices et leur contexte social-historique d’émergence10h45-12h30 – Modérateur : Pascal Fugier

 

Frédérique Giraud, Émilie Saunier et Delphine Moraldo (Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations », ENS Lyon), Des enjeux théoriques aux usages empiriques de la méthode biographique en sociologie. Etudes de cas

 

Philippe Cardon(Maître de conférences en sociologie à l’Université Lille 3 / CeRIES), co-responsable du bureau RT22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » de l’AFS, L'approche biographique à l'épreuve des contextes sociaux. Les changements d'échelle dans l'etude des dynamiques sociales

 

Catherine Negroni(Maître de conférences en sociologie à l’Université Lille 3 / Clersé), co-responsable du bureau RT22 « Parcours de vie et dynamiques sociales » de l’AFS, Parcours de vie et approche biographique: réflexion autour d'une démarche sociologique

 

2ème table ronde.Approche biographique, processus de subjectivation et pratique clinique14h-15h30 – Modératrice : Clarisse Lecomte

 

Jacqueline Barus-Michel (professeur émérite des Universités, Laboratoire de Changement social et politique, université Paris 7), Différentes façons de parler de soi mais à qui et pourquoi ?

 

Audrey Parron(chercheure post doctorante à l’EHESS (Paris) et associée au LISST-CERS, Toulouse), Travail biographique et normalisation : de la parole sur soi à la parole collective

 

3ème table ronde.Del’approche biographique à la recherche biographique comme épistémologie15h30-17h – Modératrice : Florence Giust-Desprairies

 

Juan Carlos Pita Castro(maître-assistant à l’Université de Genève) et Katja Vanini De Carlo(professeure formatrice et chercheuse à la Haute Ecole Pédagogique du Canton de Vaud à Lausanne), Orientations de recherche biographique et cadrage épistémologique: l'héritage de Genève aujourd'hui

 

Christophe Niewiadomski(professeur en sciences de l’éducation à l’université de Lille 3 – directeur du CIREL), Le cadre et les objets de la recherche biographique

 

Clôture de la Journée d’études, par Vincent de Gaulejac (professeur émérite des Universités, Laboratoire de Changement social et politique, université Paris 7)17h-17h30

 

 

 

------------------------

 

 

 

Comité d'organisation :

 

Pascal Fugier (LCSP/Paris 7 – responsable RT16 AFS)

 

Florence Giust-Desprairies (LCSP/Paris 7)

 

Fabienne Hanique (LCSP/Paris 7)

 

Clarisse Lecomte (LCSP/Paris 7 – bureau RT16 AFS)

 

 

 

--------------------

 

Contact : Pascal Fugier (pascal-fugier@orange.fr)

 

Lieu : Université Paris 7-Denis Diderot - Amphithéâtre TuringBâtiment Sophie Germain – Croisement rue Alice Domont et Léonie Duquet et Avenue de France – 75013 Paris

 

Accès : Station François Mitterrand du métro ligne 14 ou RER C.

 

---------------------

Argumentaire

 

 

Nous souhaitons présenter et confronter différents dispositifs et méthodes de recherche centrés sur la production et l’analyse de récits de vie (individuels/en collectivité ; écrits/oraux ; récits biographiques, autobiographiques, de pratiques professionnelles…). Nous attendons notamment une réflexion concernant l’usage et le croisement de différents outils et supports mobilisés pour mettre en perspective les récits, comme les lignes de vie, des dérivés de la méthode photolangage, le portrait sociologique, le portrait photographique, la cartographie cognitive, le génogramme, l’arbre généalogique, sans oublier le possible croisement des récits (auto)biographiques avec d’autres techniques d’enquêtes "classiques" (entretiens semi-directifs, observations, études documentaires, analyses statistiques). Un des enjeux des communications pourrait être d’évaluer la portée opératoire de ces outils afin de d’effectuer des connexions entre les récits de vie et les principales instances d’analyse (mythique, sociale-historique, institutionnelle, organisationnelle, groupale, individuelle et pulsionnelle, pour nous référer aux travaux d’Eugène Enriquez).

 

Une autre problématique que nous souhaitons explorer est celle de la pluri-, l’inter- ou encore la transdisciplinarité au sein de laquelle peut être mise en œuvre cette approche (en mobilisant l’anthropologie, la littérature et les lettres modernes, la psychologie, les sciences de l’éducation, la sociologie...).

 

De même, il s’agit de débattre du sens donné à cette approche, entre le primat accordé à la production d’une connaissance scientifique déconstruisant la parole des enquêtés et celui de participer à un processus de conscientisation, au sein de dispositifs de formation, de recherche-action ou d’interventions engagés dans une démarche émancipatrice et de changement du sujet. On peut alors se demander comment le récit de vie peut à la fois constituer un objet d’étude à déconstruire et un support de réflexivité suscitant des déplacements subjectifs.

 

 

 

Or, face à l’hétérogénéité des pratiques de recherche et d’intervention centrées sur la production et l’analyse de récits de vie se dégage un nouveau champ de recherches, la recherche biographique (1). Il a pour objet d’études les processus de construction du sujet qui s’opèrent à travers la mise en forme de leurs expériences. La construction du sujet est ainsi conçue comme un processus de biographisation au sein duquel les sujets mobilisent et reconfigurent des schémas, des formes et des figures narratives, qui sont notamment le terrain de confrontations entre des « biographies d’expérience » et des « biographies typiques » (A. Schütz, 1981 ; C. Delory-Momberger, 2014). Cette journée d’études sera l’occasion de de discuter de la constitution de ce nouveau champ de recherche, qui marque le passage du matériau biographique appréhendé comme pratique de recherche à celui de socle épistémologique. Quelles sont les conditions sociales-historiques d’émergence et de possibilité d’un tel champ de recherche ? Sa portée heuristique est-elle réductible au contexte de la postmodernité (quelle place pour la recherche biographique dans des configurations historiques et des espaces sociaux contemporains où la biographie n’est pas au centre de la sphère sociale) ? Comment la recherche biographique parvient (ou pas) à intégrer, relier et reconfigurer les diverses approches biographiques (2) dans une seule et même épistémologie ?

 

 

 

Par-delà ces quelques pistes de recherche, il s’agit systématiquement de se demander quelles sont les spécificités et quels sont les apports de l’approche biographique (comme pratique de recherche et/ou d’intervention) et de la recherche biographique (comme champ de recherche), mais aussi quels sont leurs possibles écueils et limites (d’ordre axiologique, méthodologique et épistémologique) ? On peut notamment revenir sur la manière dont les tenants d’une approche biographique intègrent et se confrontent aux critiques dont l’approche fait l’objet, quand elle est par exemple considérée comme une approche subjectiviste, une expérience aliénante (une injonction à se raconter) ou encore comme une « illusion » (Pierre Bourdieu) et une « idéologie » (Philippe Lejeune) ?

 

Nous souhaitons donner à cette journée d’études un caractère collégial, qui prenne la forme d’une disputatio. Toutes les communications seront effectuées dans le cadre d’une table ronde. Elles seront d’abord l’objet de commentaires et interrogations par un discutant, puis par les autres communicants et l’ensemble des auditeurs.

 

(1) La revue Le sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique constitue un des principaux supports éditoriaux de ce champ de recherches. Parmi les dernières publications contribuant à son développement, nous pouvons aussi citer les ouvrages de Christophe Niewiadomski (Recherche biographique et clinique narrative, Erès, 2013) et de Christine Delory-Momberger (De la recherche biographique en éducation, Téraèdre, 2014), ainsi que, sous leur direction, La mise en récit de soi. Place de la recherche biographique dans les sciences humaines et sociales (Presses universitaires du Septentrion, 2013) et Territoires contemporains de la recherche biographique (Téraèdre, 2013)

 

(2) Soit la psychobiographie, les récits de vie en ethnologie et en sociologie, l’approche « roman familial et trajectoire sociale » en sociologie clinique, l’histoire de vie en formation, l’histoire de vie en collectivité ou encore l’autobiographie (Niewiadomski, 2013).

 

 

 

Journée d'étude LATTS : "Vente et vendeurs : où en est la sociologie?"

Bonjour,

Le LATTS organise le 26 mars une journée d'étude consacrée à un état de la recherche sociologique sur la vente et les vendeurs. La participation est gratuite. Pour des raisons d'organisation, nous vous demandons cependant de bien vouloir vous inscrire. Toutes les informations dans le document ci-joint.

Bien cordialement.

N. Klein, P. Ughetto, M. Benedetto-Meyer

 

JE Classes populaires et organisations militantes / RT5, 34 et 35

Journées d’études

Classes populaires et organisations militantes : transformations sociopolitiques et recompositions des liens avec le monde associatif et politique

Lundi 16 et mardi 17 mars 2015 CNRS, 59/61 rue Pouchet, Paris

par les réseaux thématiques Classes sociales, inégalités, fragmentations (RT5), Sociologie politique (RT34) et Sociologie du monde associatif (RT35) de l’Association Française de Sociologie 

 cf. programme en pdf

 

Inscription

 

Merci de vous préinscrire en envoyant un mail aux adresses suivantes :

aperrinheredia@gmail.com

mathilde.pette@gmail.com

arnaudtrenta@hotmail.com

 

Attention : En raison du plan Vigipirate, l’accès aux bâtiments du site Pouchet se fait sur présentation d’une pièce d’identité.

Séminaire avec Didier Fassin le 17 mars 2015

Séminaire du LIPHA Paris Est : séance exceptionnelle co-­organisée avec le LIRTE, le 17 Mars 2015, de 9h30 à 12h30,

à l'université Paris Est Créteil (UPEC, Faculté d'AEI, bâtiment T).                                                                                                    

Intervention de Didier FASSIN (Institute for Advanced Study, Princeton) :

«Violence de la condition carcérale. Essai d'ethnographie critique»

 

 

 

 

Fichier attaché: 

Conférence du Programme Sociétés Plurielles - Michel Wieviorka : Le débat sur le multiculturalisme est-il clos ?

Cher.e.s collègues,

Le Programme Sociétés Plurielles de l’Université Sorbonne-Paris-Cité (http://societesplurielles.fr/)

vous invite à une conférence de Michel Wieviorka, autour du thème :

Le débat sur le multiculturalisme est-il clos ?

La rencontre se tiendra le lundi 2 mars à 18h dans l'auditorium de l’INALCO
(65 rue des Grands Moulins - 75013 Paris).

Merci de vous munir d’une pièce d’identité.

Très cordialement,

Lila Belkacem
Post-doctorante du Programme Sociétés Plurielles
Université Sorbonne Paris Cité
Docteure associée à l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux
Ecole des hautes études en sciences sociales
lilabelkacem@gmail.com
http://iris.ehess.fr/index.php?2203

Journée d’études RT22 Chantal Jacquet "Les Transclasses ou la non-reproduction"

Journée d’études organisée par le RT22

 

 

Nous avons le plaisir d'accueillir au RT22 le 13 février de 15h30 à 17h30 à la Maison Pouchet,  59 rue Pouchet (métro  Brochant ou  Moquet).

 

 

Chantal Jacquet, philosophe à l'Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, pour son ouvrage :

 

"Les Transclasses ou la non-reproduction"

..

Fichier attaché: 

Pages