Citoyenneté en ville. L’épreuve des inégalités spatiales et des identités

Erdi Gülçin, Marchal Hervé (dir.), Citoyenneté en ville. L’épreuve des inégalités spatiales et des identités, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, collection « Perspectives Villes et Territoires », 2018, 181 pages.  

 
Résumé de l'ouvrage : 

L’objectif de cet ouvrage, issu d’un colloque qui a eu lieu à l’Université de Tours François Rabelais et organisé par le CR 01 « Identité, espace et politique » de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), est d’interroger les différents obstacles et conceptions de la citoyenneté tout en les reliant à une approche spatiale. Il s’agit également de les saisir à la croisée des questions identitaires et de débattre ainsi des effets sur la citoyenneté de la montée des identités singulières (ethniques, culturelles, religieuses, sexuelles, sociales, etc.) révélant d’une façon ou d’une autre les défaillances de la démocratie représentative dans nos sociétés actuelles.

La première partie « Contestations, mobilisations et résistances » est composée des contributions de G. Erdi, C. Morel et de G. Busquet, contributions qui toutes, dans des contextes différents, analysent au plus près l’émergence de mouvements urbains soucieux de défendre leurs conceptions de la citoyenneté inspirées, d’une manière ou d’une autre, du « droit à la ville » lefèbvrien.

La deuxième partie « La territorialité en questions » s’articule autour des chapitres de B. Gayon/X. Itçaina, d’A. Bouzard et d’É. Le Breton qui, tous, nous invitent à reconsidérer la territorialité, que ce soit pour montrer en quoi elle est le support de nouvelles logiques d’action politique, pour souligner son rôle majeur dans l’organisation de métiers au service de la mobilité urbaine ou encore pour distinguer des impensés de la citoyenneté dès lors que le citadin est appréhendé comme un « passant ».

La troisième partie « Des identités citoyennes blessées » prend sens à partir des textes d’A. Clavier-Mercier et d’H. Marchal. Chacun des deux textes proposés ici montrent en effet à quel point la citoyenneté peut être pensée à travers des blessures identitaires, que celles-ci concernent l’origine ethnique, l’appartenance nationale ou encore la reconnaissance de chacun à la commune humanité.issez ici le texte de votre annonce...