Soutenance de thèse d'Aurélia Confais : « Contours d’un métier traversé par un processus de féminisation : les Conseillers/ères Principaux/pales d’Éducation »

J'ai le plaisir de vous convier à ma soutenance de thèse de doctorat en sociologie intitulée : 

« Contours d’un métier traversé par un processus de féminisation : les Conseillers/ères Principaux/pales d’Éducation »

 

 

Le mardi 17 octobre 2017 à 14h

à l'Université de Rouen (campus Mont Saint Aignan),

 Salle des thèses (1er étage) du bâtiment Freinet (Bat. 15)

(ci-joint le plan d'accès : https://coordination.sciencesconf.org/data/pages/Plan_Campus_Mont_Saint_...)

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes très chaleureusement convié·e·s. Afin de faciliter l’organisation de celui-ci, je vous remercie de m’informer de votre présence en remplissant le lien doodle suivant  https://doodle.com/poll/8x7bpytha5b9fkkg

 

Le jury sera composé de :

 

M. Marc BESSIN Directeur de recherche CNRS HDR - EHESS Paris (Examinateur de thèse)

Mme. Sophie DEVINEAU Professeure des universités - Normandie Université (Directrice de thèse)

Mme. Christine FONTANINI Professeure des universités, Université de Lorraine (Rapporteure de thèse)

Mme. Nicky LE FEUVRE Professeure des universités, Université de Lausanne (Rapporteure de thèse)

M. Frédéric NEYRAT Professeur des universités, Normandie Université (Président du jury)

M. Yves RAIBAUD Maître de Conférences HDR, Université de Bordeaux (Examinateur de thèse)

 

Résumé:

Située à la croisée de la sociologie des professions, du genre et des présences sociales, cette thèse propose une lecture sociologique d’un métier ayant été très peu ou pas étudié par les sciences sociales. A partir d’une enquête mêlant démarches méthodologiques quantitatives et qualitatives, ce travail éclaire le métier des Conseillers Principaux d’Éducation sous différents angles et permet notamment de l’appréhender au travers de sa dimension sexuée. Constitué aujourd’hui à 72 % de femmes, ce groupe professionnel a connu un processus de féminisation quantitatif depuis sa mise en place en 1970 alors qu’il est issu d’un ancien bastion masculin. L’analyse de cette progression massive des femmes a ainsi rendu compte des mécanismes complexes qu’elle sous-tend, c’est-à-dire de phénomènes ayant pu soit freiner leur ascension comme les quotas sexués, mais aussi de la manière dont les évolutions de la structure scolaire ont a contrario encouragé leur progression. A ce titre, la mobilisation d’un corpus inédit des rapports de jury du concours a permis de s’attarder sur les procédés de recrutement de cet acteur éducatif et d’établir son portrait idéal attendu par l’institution.

Remontant aux origines du métier de CPE par le biais d’une analyse sociohistorique, et s’attardant particulièrement à la compréhension des ressorts d’activités de son ancêtre professionnel le Surveillant Général, cette thèse met en lumière un lien de filiation persistant lié à la dimension autoritaire de ce dernier, mais également dans une moindre mesure à sa dimension éducative ayant éclos au tournant du XXème siècle et s’étant étoffée jusqu’à l’arrivée du CPE. Progressivement, l’accroissement de ses missions a abouti à lui donner une image polyvalente. Quoi qu'on puisse traditionnellement associer le care au genre féminin tandis que l'autorité relèverait du genre masculin, le fait que chaque CPE doivent disposer de ce socle multiple de compétences, parce que les exigences de son territoire d’action l’impose et  parce qu'il est la plupart du temps le seul de son établissement à occuper la tâche, rend difficile une analyse strictement genrée et invite plutôt à envisager l’analyse des processus de (dé-)sexuation des activités professionnelles.