La fabrique de l'homme nouveau (ouvrage)

 

 

 

La fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ? par Jean-Pierre Durand, Lormont,Éditions Le bord de l’eau, 2017, 325 pages.

 La fabrique de l'homme nouveau montre la rupture anthropologique en cours dans le travail et dans la consommation du citoyen. L'avènement du lean ma­nagement s'est accompagné d'une promotion verbale de l'autonomie et de la responsabilisation au travail pour tous. Mais les exigences du capitalisme ont ren­forcé l'encadrement des salariés (et des travailleurs « indépendants ») de bas en haut de l'édifice produc­tif dans l'industrie et dans les services privés ou pu­blfcrs. Les résistances sont rares dans un contexte d'af­faiblissement du syndicalisme : l'augmentation des charges de travail et le nouveau management (brutal sous des apparences participatives) ont conduit à une détérioration de la santé au travail et à la multiplica­tion des suicides au travail.

Les promesses d'autonomie et de satisfaction dans le travail ne sont pas tenues et les travailleurs doivent « réaménager » leur psychisme pour survivre. Il en est exactement de même dans la consommation où les engagements des offreurs sont très rarement remplis, en particulier dans les services (téléphonie, services internet, transports, VPC...) : le consommateur doit subir l'impersonnalité de ses correspondants (boîte vocale) et l'absence de réponse à ses réclamations, se soumettre à la mauvaise qualité du service et accep­ter de remodeler son esprit. Telles sont les conditions d'émergence de l'homme nouveau (déjà perçu par Gramsci comme pétri par le capitalisme) qui rétracte ses aspirations à la liberté et au bonheur.

Alliant les analyses micro-sociologiques aux causes macro-économiques, Jean-Pierre Durand déconstruit les concepts et les pratiques de l'évaluation, de la reconnaissance, du travail des clients, etc. Il conclut sur deux scéna­rios, l'un de régression sociale et l'autre d'un futur en­chanté, sans oublier les questions de l'environnement ou de l'intensification des migrations internationales avant de débattre d'alternatives incertaines.