Mathilde Pette

Membre du CE de l'AFS depuis l’AG tenue à Nantes en 2013, je me porte candidate pour un second mandat au sein de l'association. 

 

Je suis depuis la rentrée 2016 MCF en sociologie à l'Université de Perpignan. Mes recherches portent sur les mouvements de solidarité et de défense des populations étrangères, sur le travail militant et plus récemment sur les situations frontalières. Je travaille aussi en partenariat avec des associations dans une perspective d’éducation populaire et de vulgarisation des travaux académiques auprès des acteurs concernés.

 

Durant ces 4 dernières années, j’ai participé à la vie de l’AFS et ai notamment été attentive à la représentation au sein du CE des précaires de l’ESR. Lors des États généraux de la sociologie qui se sont tenus lors du dernier congrès à l’UVSQ, j’insistais sur les conséquences de la précarité et de l’instabilité pour les jeunes chercheur-se-s. Aujourd’hui passée « de l’autre côté », je tiens à rester particulièrement attentive à cette question et je me propose de renforcer le travail entamé sur le suivi des recrutements, en partenariat avec l’ASES ou encore l’ANCMSP qui réalise le même type de travail pour les postes mis au concours dans la section 04 du CNU. Ce travail doit à mon sens nous permettre d’objectiver les recrutements mais aussi de mener une réflexion collective sur les conditions pratiques des procédures de recrutement et sur l’attention portée aux candidat-e-s au cours de ces périodes d’évaluation.

 

Engagée activement dans la préparation des deux derniers congrès, j’aimerais avoir l’occasion de poursuivre cette animation scientifique de la discipline et de m’investir davantage dans la coordination des réseaux thématiques de notre association. Jusqu’à maintenant, je connais cet aspect de la vie de l’association du point de vue des RTs puisque je suis co-animatrice du RT34 « Sociologie politique ». Ces dernières années, le CE de l’AFS a lancé plusieurs appels à financement pour des événements scientifiques regroupant plusieurs RTs. Cette initiative est, je pense, à poursuivre et à renforcer, tant elle participe à contrebalancer l’effet d’éparpillement entre les 50 RTs que compte l’AFS.

 

Enfin, actuellement rédactrice adjointe de la revue Socio-Logos, je propose de poursuivre le travail entamé au sein du comité de rédaction. Je suis particulièrement attentive à ce que la revue de l'AFS soit un espace de valorisation de l'activité des réseaux thématiques mais aussi un espace de réflexion autour des débats internes à la discipline et des conditions de travail de l'ensemble des catégories de personnels de l'ESR.