Colloque le parcours en question : comprendre les tensions entre les logiques individuelles, collectives et institutionnelles, Colloque organisé par les RT 15, RT 22, RT 33 de l'AFS, les 2 et 3 février 2017, Université de Paris-Descartes

Colloque le parcours en question : comprendre les tensions entre les logiques individuelles, collectives et institutionnelles

 

 

Colloque organisé par les  RT 15, RT 22, RT 33 de l'AFS

 

les 2 et 3 février 2017, Université de Paris-Descartes 

 

Inscription gratuite mais obligatoire : colloqueparcours@gmail.com 

 

Ce colloque propose d’interroger le concept de « parcours » dans nos sociétés contemporaines. Alors que quarante ans auparavant, les institutions cherchaient à produire des trajectoires linéaires où la norme était celle de l’emploi à vie avec une progression de carrière assez constante et des couples relativement pérennes, désormais les bifurcations et les séparations sont plus nombreuses. La réalité du monde social ne s’inscrit plus dans un modèle rassurant où « chacun savait ce qu’il avait à faire », elle ne dit plus rien de sûr. Les institutions sont ébranlées, la mécanique s’est enrayée, et il y a un décalage entre les attentes des institutions professionnelles et sociales et celles des salariés et « usagers ». Si les parcours de vie étaient orientés par les institutions, les cours de vie tendent à déborder le cadre des institutions, de l’appartenance de classes ou du groupe social pour suivre un trajet plus imprévisible, plus incertain. Pour Dubet (2002), ce déclin du programme institutionnel n’est pas une crise ponctuelle mais une longue décomposition attestant de la difficulté des institutions à encadrer l’individu, l’une des conséquences étant que les institutions décriées n’ont pas été remplacées. Pour Galland (1997), on serait d’ailleurs passé d’une socialisation d’héritage à une socialisation d’expérimentation. Beck (2001) force le trait, selon lui, les parcours de vie deviennent « auto-réflexifs » ; ce qui était le produit de déterminations sociales devient aussi de plus en plus l’objet d’élaboration personnelle. Dubet (2002) insiste sur les épreuves d’investissement identitaire comme moyen d’ajustement qui s’impose à tout individu. Si dans nos sociétés, les individus semblent contraints à la recherche du sens de leur vie, ces dernières années, cette quête de sens se meut en combines, et parfois en luttes, pour continuer à avoir une vie décente. En effet, les supports ne semblent plus complètement ajustés aux parcours et les prises en charge publiques ne parviennent plus à enrayer et à 2 contenir les ruptures et la vulnérabilité sociale (Soulet, 2003). Alors que s’effritent les supports disponibles pour se définir (Castel, 1995, 2001), l’impératif de la construction de soi interpénètre tous les espaces du champ social, avec le risque, au nom de l’autonomie, de déléguer la responsabilité de son parcours et de ses choix à l’individu, d’accroître ainsi des formes de dominations ordinaires (Martuccelli, 2001). A partir de ces différents constats, nous nous proposons de réfléchir à la prise en compte de la notion de parcours de vie en interrogeant les différentes catégories d’analyse mobilisées en sciences sociales pour les saisir : histoire de vie, récit de vie, trajectoire, carrière, cours d’action, etc. Il s’agit de revenir sur la genèse de la notion de parcours pour comprendre comment elle s’est construite. Nous montrerons la spécificité de cette entrée et son apport dans le champ de la sociologie où elle est à la fois convoquée comme approche méthodologique et catégorie d’observation, d’analyse et d’interprétation du réel. En quoi cette notion offre-t-elle la possibilité de penser les ruptures de trajectoires, les bifurcations, les inflexions des temporalités en articulant les apports ? des différentes spécialisations institutionnelles, disciplinaires et thématiques ? L’approche par le parcours de vie présente l’intérêt de relier de manière synchronique les domaines de la vie que les sciences sociales ont cloisonnés en de multiples champs thématiques. Elle convoque aussi la dimension diachronique en permettant de rendre compte d’expériences, d’événements, de rencontres, d’histoires qui ne sont pas nécessairement linéaires (Elder, 1997). Elle permet d’appréhender les contraintes normatives, les conditions matérielles, mais aussi les politiques d’encadrement et de protection sociale dans le cadre desquels les individus dessinent leurs parcours (Cardon & Négroni, 2013). Elle met en intrigue des choix personnels, mais aussi des non choix ou encore des choix contraints. Ne révèle-t-elle pas ainsi les contraintes qui pèsent sur les individus et leurs marges de négociation ? La notion de parcours invite à mobiliser des matériaux biographiques, quelque fois quantitatifs, le plus souvent qualitatifs, avec une dimension narrative (Bertaux, 1997). Si les narrations de soi sont des constructions a posteriori d’histoires personnelles et collectives produites par des individus dans des situations précises, le sociologue doit prendre en considération tout à la fois les conditions de l’énonciation, mais également les contextes socio-historiques en présence (Martenot & Cavalli, 2014). La question du contexte est intrinsèquement liée à une entrée par les parcours : ceci soulève des questionnements quant à la nature et la diversité des contextes (Demazière & Samuel, 2013) mettant en évidence des dynamiques sociales et des processus sociaux. Ainsi, ce colloque propose de montrer dans quelle mesure le parcours, en tant qu’outil conceptuel, renouvelle l’analyse fine des biographies, des expériences éprouvées par les individus, tout comme il éclaire la compréhension des logiques des mondes sociaux dans lesquels les individus s’insèrent, qu’ils les subissent et/ou qu’ils participent à leur émergence. 

COLLOQUE

COMPRENDRE LES TENSIONS ENTRE LES LOGIQUES INDIVIDUELLES, COLLECTIVES ET INSTITUTIONNELLES

 

Colloque organisé conjointement par les RT15 « Sociologie de la jeunesse », RT22 « Parcours de vie
et dynamiques sociales » et RT33
« Famille, vie privée, vie publique» de l’Association Française de Sociologie

 

2-3 FÉVRIER 2017

 

UNIVERSITÉ PARIS-DESCARTES SITE UNIVERSITÉ PARIS SORBONNE 1, rue Victor Cousin

Inscription gratuite mais obligatoire : colloqueparcours@gmail.com

PLÉNIÈRES SCIENTIFIQUES

  1. TEMPORALITÉS, CONTEXTES ET NIVEAUX D’ANALYSE

  2. TRANSITION FAMILIALE, LA CONFORMITÉ AUX NORMES ÉTABLIES ET LES LOGIQUES

    INDIVIDUELLES

  3. PARCOURS RÉFLEXIF ENTRE AUTONOMIE ET VULNÉRABILITÉ

ATELIERS THÉMATIQUES EN 3 AXES

AXE 1 : INJONCTION BIOGRAPHIQUE ET INSTRUMENTALISATION INSTITU- TIONNELLE DES PARCOURS

AXE 2 : SAISIR LES BIFURCATIONS ET LES DYNAMIQUES DANS LES PARCOURS

AXE 3 : AGES DE LA VIE ET PARCOURS

 
 
 
 

JEUDI 2 FÉVRIER

13h45- 15h00

PLÉNIÈRE D’OUVERTURE

Accueil des participant.e.s - café, Salle des thèses, 1 rue Victor Cousin

INTRODUCTION AU COLLOQUE

Amphithéâtre Durkheim

Par les RT 15, 22 et 33

TEMPORALITÉS, CONTEXTES ET NIVEAUX D’ANALYSE Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Catherine Négroni, Maître de conférences en sociologie, Université Lille 3, CLERSE

Marc Bessin, Sociologue, HDR, Chargé de recherche CNRS, IRIS-EHESS
Les présences intergénérationnelles du parcours de vie : une approche temporaliste et féministe

Michel Grossetti, Sociologue, Directeur de recherche CNRS, LISST-Cers
Parcours, imprévisibilités et niveaux d’analyse

Philippe Cardon, Maître de conférences en sociologie, Université de Lille, CeRIES
Des parcours sociaux aux contextes hybrides

Pause - café

TROIS ATELIERS EN PARALLÈLE

ATELIER 1

DISPOSITIFS INSTITUTIONNELS ET CADRAGE POLITIQUE
DES BIOGRAPHIES
Salle D 676

Présidence : Christophe Giraud, Maître de conférences en sociologie, HDR, Université Paris- Descartes, CERLIS et Elsa Lagier, Post-doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CEPED, DynamE

Pierre Doray, Professeur des universités, UQAM, CIRST, Olivier Lafontaire, Agent de recherche, UQAM, CIRST, Nicolas Guindon, Assistant de recherche UQAM, CIRST Les parcours éducatifs : entre institution et ancrages sociaux

Valérie Melin, Maîtresse de conférences, Université Lille SHS, Cirel-Profeor
Le raccrochage scolaire : faire face à une nouvelle forme d’injonction sociale. Le cas du micro-lycée de Sénart

Joëlle Bongiovanni-Sorignon, Docteure, Université Aix-Marseille, ERGAPE
L’accompagnement à l’emploi des travailleurs handicapés. Le dispositif médico-social de réadaptation profession- nelle, entre parcours et réforme de la tarification

Emeline Zougbede, Docteure, Université Paris Descartes, CERLIS
Orchestrer son séjour en France pour constituer son dossier de demande de régularisation. Le cas des migrants « sans-papiers » subsahariens et la régularisa- tion exceptionnelle au titre du travail

Hugo Bréant, Docteur, Université Paris 1/ CESSP Affronter des ruptures biographiques imposées.
Les effets différenciés des contraintes institutionnelles sur les mobilités spatiales au regard des parcours biographiques des migrants

ATELIER 2

BIFURCATIONS DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS
Salle F 673

Présidence : Michel Grossetti, Sociologue, Directeur de recherche CNRS, LISST-Cers et Catherine Négroni, Maître de conférences en sociologie, Université de Lille, CLERSE

Julie Landour, Docteure, Centre Georg Simmel Jusqu’où peut-on analyser un parcours ? Quelques réflexions à partir du cas des ‘‘mompreneurs’’

Angèle Grövel et Jasmina Stevanovic, Post doctorantes, Université Paris Descartes, Cerlis
Parcours de carrière des officiers de la Marine marchande : une articulation des temporalités professionnelles, familiales et privées sous tension.

Annie Dussuet et Paulette Robic, Maîtres de conférences, Université de Nantes, CENS et LEMNA
Parcours de salariés d’entreprise familiale entre sphère privée et publique : quels effets de genre ?

Heri Rakoto-Raharimanana, Maître de conférences, Université Lyon 1, Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques
Reconversion et bifurcation : du choix social au parcours professionnel

Alexis Louvion, Doctorant, Université Paris Dauphine, IRISSO
Analyser les bifurcations à travers un statut d’emploi «hybride» : Les entrepreneurs-salariés face au concept de «turning point»

Séverine Marguin, Post-doctorante, Université Humboldt de Berlin, Exzellenzcluster Bild Wissen Gestaltung Parcours professionnels d’artistes-en-collectifs.
Une opérationnalisation de l’approche par les capacités d’A. Sen

ATELIER 3

TEMPORALITÉS INDIVIDUELLES ET TEMPORALITÉS INSTITUTIONNELLES Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Véronika Duprat-Kushtanina, Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Franche-Comté, LASA / UFR SLSH et Arthur Vuattoux, Docteur en sociologie, Université Paris 13, chargé d’études et de recherches associé à l’INJEP, IRIS

Guillaume Teillet, Doctorant, Université de Poitiers, GRESCO
La production des parcours judiciaires, une entrée pour saisir l’encadrement institutionnel d’une jeunesse populaire

Caroline Touraut, Docteure, Cachan, DAP et ISP Les parcours de vie des personnes détenues âgées, déterminant de leur rapport à l’âge et des manières d’appréhender l’épreuve carcérale vécue

Alice Brochard, Doctorante, CRAPE-Arènes, EHESP et Céline Rothé, Ingénieure de recherche, CRAPE-Arènes, EHESP
Parcours de jeunes confrontés à des troubles psychiques : enjeux des diagnostics et prises en charge

Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman, Maïa Fansten, Nadia Garnoussi, Sarra Mougel, Maëlle Planche, Maîtres de conférences et Post doctorante, Université Paris Descartes, CERLIS et CERMES3, Université de Lille, CeRIES

Un diagnostic qui agite les familles. Les effets du diagnos- tic TDA/H sur les parcours d’enfants dits agités

18h00 - 18h30

SEMI-PLÉNIÈRE

LES COURS D’ACTION SITUÉE

Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Elsa Lagier, Post-doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CEPED, DynamE, et Blandine Veith, Sociologue, Ingénieure de recherche CNRS, LADYSS

Daniel Bertaux, Sociologue, fondateur de l’AFS, Directeur de recherche émérite au CNRS, Laboratoire Dynamiques Européennes (DynamE), Université de Strasbourg

 

VENDREDI 3 FÉVRIER

09h15 - 11h00

PLÉNIERE

Accueil des participant.e.s - petit déjeuner

TRANSITION FAMILIALE, LA CONFORMITÉ AUX NORMES ÉTABLIES ET LES LOGIQUES INDIVIDUELLES Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Valérie Becquet, Professeur en sciences de l’éducation, ESPE/Université de Cergy-Pontoise, EMA

Claire Bidart, Sociologue, Directrice de recherche CNRS, LEST
Des projets aux parcours : comment les jeunes s’orientent et se réorientent

Emmanuelle Santelli, Sociologue, Directrice de recherche CNRS, Centre Max Weber, Université de Lyon
Une sociologie des descendants d’immigrés à travers l’analyse des parcours

Éric Widmer, Professeur de sociologie, Université de Genève
Normes trompeuses et vulnérabilité dans les trajectoires de vie : définition et illustrations

Pause - café

TROIS ATELIERS EN PARALLÈLE

ATELIER 4

IDENTITÉS PROFESSIONNELLES EN MUTATIONS : ENJEUX ET PARADOXES

Salle F 673

Présidence : Nathalie Burnay, Professeur de sociologie, Université de Namur et de Louvain et Blandine Veith, Sociologue, Ingénieure de recherche CNRS, LADYSS

Marjorie Glas, Docteure, EHESS, IRIS
Un parcours artistique exemplaire : entre injonction à la singularité et intégration des normes institutionnelles. Les metteurs en scène au sein du théâtre public français

Marie-Pierre Chopin, Professeur des Universités, Université de Bordeaux – CeDS ; Marine Cordier, Maître de conférences, Université Nanterre – CeRSM et Samuel Juhle, Maître de conférences, Université de Reims
– CEREP
Penser, élaborer et réaliser une transition professionnelle après une vie d’artiste

Martine Poulin, Docteure, Centre de recherche sur le travail et le développement
Comprendre le parcours des sujets par le récit de vie au travail : une démarche intégrative à la croisée des logiques individuelle, collective et institutionnelle

Cécile Piret, Doctorante, Université Libre de Bruxelles, METICES / LAMC
On est plus que ça ! À propos des tensions autour de la définition de la valeur de soi dans l’accompagnement socio-professionnel

Céline Rémy, Docteure, Université de Liège ; Emmanuelle Pottier, Docteure, UVSQ Printemps et Laurence Noël, sociologue, collaboratrice scientifique, Université Libre
de Bruxelles, GRAP (Groupe de Recherche sur l’Action Publique)

Des parcours d’insertion à recoudre : des contraintes nor- matives aux débrouilles individuelles et institutionnelles

ATELIER 5

PARCOURS MIGRATOIRE ET PROJETS D’ENGAGEMENT

Salle E 637

Présidence : Hugo Bréant, Docteur en science poli- tique, Université Paris 1, CESSP et Emmanuelle Santelli, Sociologue, Directrice de recherche CNRS, CMW

Constance De Gourcy, Université Aix Marseille – LAMES Le projet migratoire comme outil d’analyse des parcours

Yong Li, Université de Rouen, DysoLab
Échouer loin du pays : biographie réflexive de jeunes diplômés chinois en France

Patricia Loncle, Professeure des universités, EHESP/ CRAPE-Arènes
Processus d’intégration des jeunes migrants. Quelles leçons de l’approche par les parcours ?

Elsa Lagier, Post-doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CEPED, DynamE
Les parcours en héritage. La transmission de l’histoire migratoire familiale entre discours privés et expériences publiques

Catherine Delcroix, Professeure des universités, Université de Strasbourg, DynamE
Saisir les cours d’action qui ont amené des immigrées marocaines à s’impliquer dans des activités associatives de co-développement avec le Maroc

ATELIER 6

CHANGEMENTS FAMILIAUX, SCOLAIRES ET PROFESSIONNELS ET AVANCÉE EN ÂGE

Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Elsa Ramos, Maître de conférences en socio- logie, HDR, Université Paris-Descartes, CERLIS et Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d’études et de recherche, INJEP, membre de l’Observatoire jeunes et société

Valérie Becquet, Professeure des universités, ESPE/ Université de Cergy-Pontoise, EMA et Patricia Loncle, Professeure des universités, EHESP, CRAPE-Arènes Une analyse des enchevêtrements entre les parcours d’engagement et les parcours de vie des jeunes

Jenny Rinallo et Léo Joubert, Doctorants, Université Aix Marseille, LEST
Temporalités et géographies des trajectoires profession- nelles et de décohabitation : Séquences individuelles et identifications collectives

Sandra V. Constantin, Doctorante, Université de Genève, INED et CECM
Du « bol de riz en fer » à l’individualisation des parcours professionnels des jeunes adultes dans la société chinoise

Christophe Giraud, Maître de conférences, Université Paris Descartes, CERLIS
Le parcours sentimental des jeunes adultes en milieu étudiant

Séverine Carillon, post doctorante, Université Paris- Descartes, IRD, CEPED,
L’analyse compréhensive des ruptures de suivi médical des personnes vivant avec le VIH au prisme des parcours de vie

Déjeuner libre

TROIS ATELIERS EN PARALLÈLE

ATELIER 7

L’INDIVIDU ET L’INSTITUTION : UN FACE-A-FACE ENTRE INJONCTIONS NORMATIVES ET TENSIONS IDENTITAIRES

Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Pierrine Robin, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris-Est Créteil, LIRTES et Catherine Pugeault, Maître de conférences en sociologie, Université Paris-Descartes, CERLIS

Fernanda Rifiotis, Post-doctorante, IRIS-EHESS
Les usages du concept de « parcours » dans les politiques de protection visant les jeunes majeurs : l’expérience des réunions de synthèse

Claire Ganne, Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre
Le parcours vu par les enfants - Retour sur une recherche biographique auprès d’enfants de six à onze ans après une intervention sociale

Sarra Chaieb, Docteure, Université de Strasbourg, DynamE, ATER à l’Université Paris Est Créteil
Penser les dynamiques en protection de l’enfance : regards rétrospectifs de personnes ayant été prises en charge

Camille Lancelevée et Caroline Protais, Docteures, IRIS- EHESS, CERMES 3
L’irresponsabilité pénale comme support de reconstruc- tion biographique ? L’expérience de personnes hospitali- sées en psychiatrie après avoir commis un crime

Saskia Weber Guisan, Collaboratrice scientifique, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle, Lausanne
Les parcours bénévoles, entre participation sociale et processus d’individuation

ATELIER 8

RUPTURES BIOGRAPHIQUES ET CHOIX DANS LES PARCOURS DE VIE

Salle E 637

Présidence : Denis Hippert, Docteur en sociologie, Université Paris-Descartes, CERLIS et Olivia Samuel, Maître de conférences en démographie, Université de Versailles St Quentin, Printemps, chercheure associée Ined

Jacques-Antoine Gauthier, Olga Ganjour et Gil Viry,

Universités de Lausanne, de Genève et d’Edinburgh

Fécondité, cohabitation et parcours résidentiels en Suisse : entre changements sociaux et persistance des rapports de classe et de genre

Véronika Duprat-Kushtanina, Maîtresse de conférences, Université de Franche-Comté, LASA / UFR SLSH Parcours de vie sans enfant

Marine Bismuth, Doctorante, Université Paris Diderot, URMIS
Les carrières amoureuses des jeunes juifs : entre normes endogames, normes républicaines et idéal amoureux

Muriel Delporte, Docteure, Université de Lille 3,
CeRIES, conseillère technique CREAI Hauts-de-France
Le passage à la retraite : une bifurcation dans le parcours de vie des travailleurs handicapés du milieu protégé

Nicolas Legewie, sociologue, post-doctorant au DIW Berlin / SOEP et Ingrid Tucci, sociologue, chargée de recherche CNRS, LEST, Aix Marseille Université
Les bifurcations dans les parcours professionnels : apport des méthodes mixtes à partir d’une grande enquête de panel

 

16h00 - 17h45

 

ATELIER 9

TRANSACTIONS ET AJUSTEMENTS

BIOGRAPHIQUES DANS LES PARCOURS

DE VIE

Salle F 673

Présidence : Valérie Becquet, Professeur en sciences de l’éducation, ESPE/Université de Cergy-Pontoise, EMA et Patricia Loncle-Moriceau, Professeur des universités en sociologie, EHESP, CRAPE, Rennes

Julie Couronné, Maître de conférences, Université
Paris 13, CEET ; 
Marie Leruste, Maître de conférences, Université Paris 13, CERAL et François Sarfati, Maître de conférences CNAM - LISE et Centre d’études de l’emploi et du travail
Comprendre des parcours disqualifiés : articulation des méthodes dans l’évaluation de la Garantie Jeunes

Maïtena Armagnague et Isabelle Rigoni, Maîtresses de conférences, INS HEA, Grhapes et Centre Émile Durkheim Parcours migratoires et scolaires juvéniles : ruptures et recompositions

Benjamin Vial, Doctorant, Université Grenoble Alpes, PACTE / Odenore
«Avoir le déclic» : conditions et contraintes des bifurcations dans les parcours sociaux juvéniles

Sandrine Nicourd, Maîtresse de conférences, Université de Versailles Saint Quentin, Printemps
Analyser les bifurcations comme des transactions biographiques

Marie Dos Santos, Docteure, Université de Strasbourg, DynamE
Processus de recomposition identitaire d’usagers de drogues lors de leur engagement en tant que pairs

Pause - café

PARCOURS RÉFLEXIFS, ENTRE AUTONOMIE ET VULNÉRABILITÉ Amphithéâtre Durkheim

Présidence : Pierrine Robin, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université Paris-Est Créteil, LIRTES

Marc-Henry Soulet, Professeur de sociologie, Université de Fribourg
Comment les cours de vie changent-ils ?

Danilo Martuccelli, Professeur des universités en sociolo- gie, membre de l’IUF, Université Paris-Descartes, CERLIS CNRS
Les parcours de vie : du prolétariat aux individualités populaires

Bénédicte Zimmermann, Sociologue, Directrice d’études à l’EHESS, Centre Georg Simmel
Sécuriser les parcours par l’autonomie : le compte est-il bon ?

17h45 - 18h10

CONCLUSION

Stefano Cavalli, Directeur du Centre of Competence on Aging, University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland

Cocktail de clôture Salle des thèses

 

Adresse :

Université Paris Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 Paris

Accès en métro / RER

Ligne 10 : Arrêt Cluny-La Sorbonne / Maubert-Mutualité Ligne 4 : Arrêt Saint-Michel
RER : Luxembourg, Cluny-la-Sorbonne

 Saisissez ici le texte de votre annonce...