Le devenir professionnel des diplômé(e)s en sociologie. Portraits et données


Quels sont les débouchés de la sociologie? Que faire avec un diplôme de sociologue?

Le CE de l’AFS a créé un groupe de travail : « Sociologie, emplois et métiers »,  pour recueillir, produire, mettre en forme et en valeur des données sur l'insertion professionnelle des étudiants en sociologie.

Dans le cadre de ce travail voici quelques portraits d'anciens étudiants de sociologie qui montrent que cette discipline peut mener à des métiers très divers. A chacun, il a été demandé de décrire son parcours universitaire, puis professionnel, et de faire le bilan de ce que la sociologie lui a apporté.

 


 

Mathieu. 27 ans - Master - Chargé de projet

 

Parcours universitaire
 

Après un baccalauréat général et technologique, option Science et Technique Industrielle, puis un BTS Electrotechnique, j’ai fait le choix de poursuivre mes études dans les sciences humaines et sociales. Ce choix a été motivé par divers enseignements donnés en BTS où plusieurs de ces disciplines étaient présentées, dont la sociologie. Mon choix pour la sociologie provient de la transversalité et de la diversité des opportunités professionnelles que je pouvais imaginer. Après trois années de licence à l'Université de Nantes, j’ai fait un master professionnel, me permettant de me diriger plus vite vers le monde du travail et d’en comprendre assez rapidement les besoins en termes de capacité d’analyse méthodique notamment sociologique. En 2013, j’ai obtenu le master 2, profession du diagnostic sociologique à l’université de Nantes.

 

Parcours professionnel et emploi actuel

 
Après de brèves missions au sein de structures publiques comme chargé d’étude, je me suis tourné vers le monde parapublic, dans une association qui expérimente avec de multiples partenaires (publics, privé, recherche, enseignement), un projet de Living Lab permettant aux acteurs de la ville (de sa conception à son exploitation) d’imaginer et mesurer l’impact des nouvelles propositions. Je suis en charge de ce projet.

Concrètement, nous tentons de comprendre les propositions faite par les acteurs de la ville et d’en mesurer les impacts technologiques mais aussi et surtout sociétaux. Ce travail m’oblige à rencontrer un grand nombre d’acteurs, très différents, pour comprendre les attentes et préoccupations de ces derniers. Régulièrement nous présentons à ces acteurs nos constats et analyses, ceci leur permettant de résoudre les points de blocages et d’améliorer leurs solutions. Enfin, c’est pour moi l’occasion de montrer la pertinence de l’approche sociologique, de ses méthodes, dans la construction et la conception de solutions concrètes pour l’aménagement de nos villes.

 
Les apports de la sociologie
 

La sociologie fut l’argument principal pour l’obtention de ce poste. Le fait de pouvoir à la fois comprendre des technologies complexes, et de rendre accessible à tous les principes fondamentaux de ces solutions, et de pouvoir en avoir une vision plus large d’analyse d’impact social (via les méthodes utilisées en sociologie) a été un argument très efficace.

Plus largement, la formation sociologique permet d’analyser et de comprendre les jeux d’acteurs autour des projets urbains ou technologiques, mais aussi de mesurer scientifiquement, en partenariat avec les structures de recherches, les besoins, attentes et craintes spécifiques des usagers (habitants, entreprises, élus etc…). C’est donc bien une rigueur et un mode d’analyse précis que la sociologie permet d’acquérir, et ce sont bien ces compétences spécifiques que recherche aujourd’hui les entreprises ou collectivités qui, quelle que soit leur taille,  comprennent que cette esprit d’analyse méthodique permet de développer plus avant les produits et services.

 


Valérie - 26 ans - Master - Consultante en recrutement

 

Parcours universitaire

Après un baccalauréat littéraire, j'ai choisi de m'inscrire en 1ère année de sociologie à l'université. Initialement, ce n'est pas un projet professionnel précis qui a motivé ce choix d'orientation, mais d'avantage un fort intérêt pour les sciences humaines. J'ai opté pour la sociologie car elle me permettait d'appréhender et d'étudier ce qui a trait à la compréhension des sociétés, de l'individu et du collectif. Après obtention de la licence, je me suis orientée vers le parcours professionnel qui a pour vocation de former des sociologues capables d'apporter une expertise à différents types d’organisations professionnelles. Ayant développé un fort intérêt pour la sociologie appliquée au monde du travail, qui permet notamment d'éclairer la gestion des ressources humaines en entreprise, j'ai décidé de réaliser mes 2 stages de formation dans des cabinets de conseil en ressources humaines. En 2014, j’ai obtenu le master profession du diagnostic sociologique à l’université de Nantes.

 

Parcours professionnel et emploi actuel

 

J'ai réalisé deux stages au sein de cabinets de conseil en Ressources Humaines puis j'ai été embauchée en tant que consultante en CDI à la suite de mon stage de master 2. L'activité du cabinet se divise en deux axes principaux : l’accompagnement de dirigeants dans leurs problématiques de management et de recrutement. Le conseil se formalise par des cessions de travail (collectif ou individuel) avec certains acteurs de l'entreprise, selon les cas, l'objectif peut être de définir ou redéfinir avec l'entrepreneur de cadres de références (principes de management, valeurs, ...) et/ou de construire des outils managériaux (fiches de postes, grilles d'entretiens de management, organigrammes, etc). Ensuite, l'activité recrutement consiste en l'accompagnement des entreprises (de tout secteur d'activité) dans leurs besoins en recrutement. Pour cela, le consultant se déplace dans l'entreprise pour échanger avec les acteurs et définir le profil du collaborateur recherché (en termes de compétences et de personnalité) et entame ensuite un travail de recherche et de sélections des candidats par le biais d'entretiens d'embauche. Ce que j'aime dans ce travail, c'est la grande diversité des rencontres et la possibilité de développer sans cesse ma connaissance des métiers existants et mes compétences en terme de maîtrise d'entretiens.

 

Les apports de la sociologie

 

De mon point de vue, la sociologie est tous les jours au cœur de mon travail. Les attentes des entreprises et celles des candidats sont des éléments complexes à saisir et naturellement empreints d'une histoire, d'une culture et d’expériences singulières. La sociologie m'a permis de développer des capacités d'écoute, d'observation et d'analyse qui sont indispensables dans ce métier. Observer les acteurs, comprendre les enjeux, les forces en présence, saisir les modèles managériaux, font partie de mon travail et sont autant d'éléments que l'on approche en sociologie. La sociologie m'a aussi doté d'outils méthodologiques importants tels que les méthodes d'entretiens et des compétences rédactionnelles.

 


 

 

Marion - 26 ans - Master - Conseillère en insertion socioprofessionnelle

 

Parcours universitaire

 

Après un BAC ES obtenu en 2007, j'ai intégré un licence de Sociologie-Anthropologie à l'Université Catholique de l'Ouest à Angers. Mon objectif était alors d’enchaîner sur un Master RH par la suite. Au cours des trois années de licence, et grâce aux différents stages que j'ai pu effectuer, je me suis rendu compte que les ressources humaines n'étaient finalement pas un domaine qui me correspondait. J'ai donc décidé de poursuivre sur un master de sociologie appliquée au développement territorial afin de m'ouvrir plus de portes quant à mes choix d'orientation. Les deux années du master se faisaient en alternance avec un stage, j'ai alors intégré la « Mission Jeunesse » de la Mairie d'Angers (c'est à dire le service jeunesse de la Ville) en première année, et j'ai travaillé avec une psychologue du travail d'AFPA Transitions à Orléans en deuxième année. C'est lors de cette seconde expérience que j'ai découvert le domaine de l'insertion professionnelle.

 

Parcours professionnel et emploi actuel

Suite à l'obtention de mon master, l'AFPA Transitions m'a proposé un poste de conseillère en insertion professionnelle, pour une mission de 16 mois. Je travaillais alors en partenariat avec le Conseil Départemental dans l'accompagnement de bénéficiaires du RSA. Je travaillais avec eux sur les techniques de recherche d'emploi (CV, lettre de motivation, entretien de recrutement, etc.) ainsi que la prospection d'offres sur le territoire. L'idée était de les voir régulièrement (en moyenne : tous les 15 jours) pour accélérer leur processus d'insertion professionnelle et leurs projets respectifs (entrée en formation, emploi, auto-entrepreneuriat, etc.). Cette expérience a pris fin en décembre 2013, et après une mission de quelques semaines au service recrutement de l'AFPA d'Orléans, j'ai intégré la Mission Locale de Montargis. Mon poste est donc celui d'une conseillère en insertion socioprofessionnelle. J'accompagne ainsi des jeunes de 16 à 25 ans dans leur parcours d'insertion, que ce soit pour trouver un premier emploi, pour travailler une réorientation professionnelle, un projet de formation, ou encore pour aborder toutes les questions « extra-professionnelles » telles que le logement, la mobilité, la santé, les différentes démarches administratives, les loisirs, le sport et la culture.

 

Apports de la sociologie

Plus que des connaissances purement théoriques, ce que la sociologie m'apporte au quotidien dans mon travail se traduit davantage en termes de posture. J'ai appris grâce à ma formation universitaire à prendre du recul sur les choses, à apporter un soutien sans émettre de jugement, et à réussir à sortir, au mieux, des préjugés que chacun peut avoir. Avec les nombreux entretiens que j'ai menés dans le cadre des dossiers et mémoires durant ces cinq années d'études, j'ai acquis une méthodologie et une aisance à l'écrit et à l'oral lorsqu'il s'agit de questionner les jeunes sur leurs parcours de vie. Pour résumé, la sociologie a été pour moi un enseignement capital qui a forgé la professionnelle que je suis devenue, et qui me permet d'aller travailler chaque jour avec la motivation nécessaire au domaine de l'insertion.

 


 

Pierre - 51 ans - Master - Conseiller Principal d'Education

 

Parcours universitaire

J'ai fait un bac G option commerce mais le commerce ne m'intéressait pas. Les enseignants m’incitaient pourtant à faire un IUT Techniques Commerciales. La sœur d’un copain était en sociologie, ce qu’elle m’en disait m’intéressait beaucoup. Mes parents s’inquiétaient un peu de ce choix. Me voilà donc à 18 ans en sociologie en 1985. Nous étions 200 en première année. Mes études me passionnaient. Je lisais beaucoup. Je suis passé sans difficulté en 2ème année. J'étais 2ème de la promo. Je travaillais pour payer mes études. J'étais boursier mais pas à un taux très élevé et c’était juste financièrement.  J'ai donc pris, en 2ème année, un poste de surveillant (pion) à mi-temps. Il en sera ainsi jusqu’à la maîtrise dont le sujet était : les étudiants d’origine ouvrière inscrits en médecine/pharma/dentaire. Je boucle le travail endeux ans (mon premier redoublement !). Je continue en DEA, l'équivalent d'un M2 aujourd'hui. Tout se passe très bien et j'obtiens une bourse pour faire une thèse. En fait, je veux devenir enseignant chercheur à l'université. Le travail avance mais le peu de cours et de rencontres entre étudiants me lasse, je n’en vois pas le bout, je comprends assez vie que 3 ans ne suffiront pas. Parallèlement, ma proximité avec les profs de fac me déçoit énormément. Moi qui était séduit par leur hauteur de vue intellectuelle, ils me paraissent pour la plupart « petits » dans leurs comportements, leurs luttes intestines, leurs petites rivalités. J’avais idéalisé cet univers et j'en était d’autant plus déçu. Marié en 1990, première fille en 1992 puis deuxième en 1994. J’en avais de plus en plus marre, je n'allais pas bien. Aussi, j'ai commencé à envisager d’abandonner la thèse et je me suis inscris au concours de CPE que j'ai obtenu.

 

Parcours professionnel et emploi actuel

J'ai fait mon année de stage entre un collège de banlieue et l’IUFM, tout m’intéressait. J'ai obtenu mon premier poste de titulaire dans un lycée professionnel. Puis après, j'ai passé 12 ans dans un lycée général et maintenant j'exerce, depuis 7 ans, dans un autre lycée plus rural. Je me suis assez vite impliqué dans la formation. Les sollicitations sont vite devenues nombreuses. J'ai été membre du jury du concours de CPE pendant 4 ans. Je suis intervenu dans des IUFM. Je participe toujours à la formation des nouveaux assistants d’éducation. J'anime les rencontres de CPE…Je dirais que j’ai vraiment pu explorer et investir toutes les facettes du métier, participer à de multiples projets, bref, me réaliser professionnellement.

J’ai eu ensuite besoin de diminuer un peu la voilure, de revenir à une activité professionnelle plus recentrée sur mon établissement. Après mon arrivée dans mon actuel lycée, j’ai eu assez vite le sentiment que j’avais un peu fait le tour du métier et qu’il fallait peut-être envisager autre chose. Je me suis inscrit à la préparation au concours de personnels de direction mais le jour des épreuves, j’ai quitté la salle au bout d’une heure. Si des aspects de la fonction m’attirent, d’autres ne m’intéressent pas du tout et obtenir le concours signifiait accepter la mobilité et accepter de travailler encore plus que je ne le fait et perdre une partie de ma liberté. Comme pour la thèse, je ne suis pas du genre à regretter mes choix, à regarder en arrière. J’ai fait le choix de rester CPE, je compte changer prochainement d’établissement. J'ai fait une demande  pour des lycées professionnels ce qui sera une nouvelle expérience.

 

Apports de la sociologie

La sociologie m’a non seulement fortement marqué intellectuellement mais elle m’a permis de me construire, de comprendre ma trajectoire, de retrouver un équilibre entre mes différents univers. Certaines lectures comme Annie Ernaux, Jean-Pierre Terrail ou encore Bourdieu ont été de véritables révélations. Il me semble que tout ce que j’ai appris, qu’il s’agisse de la sociologie de la famille, des religions, du sport, la sociologique politique… m’a ensuite servi  tant sur le plan personnel que dans la compréhension des situations professionnelles. J’espère aussi que j’ai pu aider certains élèves en souffrance à sortir de leur solitude, à comprendre que ce qui leur arrivait, ce qu’ils éprouvaient était aussi vécu par d’autres, que cela était pour partie lié à leur parcours, leur environnement...

 


 

 

Camille - 32 ans - Master - Chargée de prévention santé

 

Parcours universitaire

Après un bac SES, j'ai fait deux ans de prépa littéraire classique pour préparer l'entrée à sciences-po (que je n'ai pas eu) mais j'ai fait l'heureuse découverte d'une discipline, la géographie. Je me suis donc orientée vers une licence de géographie mention urbanisme et géographie de la santé. C'est comme ça que je me suis orientée vers l'étude des mécanismes socio-territoriaux en santé. Après un master en géographie de la santé que je jugeais un peu trop "recherche" et 2 stages en ASV et au service santé d'une grande ville, j'ai voulu me professionnaliser un peu plus et j'ai bifurqué vers la sociologie avec un master Pratiques et Politiques locales de Santé obtenu à Lille. J'ai fait un stage et j'ai été ensuite été engagée, en 2011, à la Mutualité Française Nord-Pas de Calais comme chargée de prévention promotion de la santé, en charge du développement du programme d'action en Santé-environnement. J'y suis toujours.

 

Parcours professionnel et emploi actuel

Je travaille à la Mutualité Française NPDC-Picardie. Je suis sur le même poste depuis 2011, ce qui m'a permis de très largement me spécialisé sur les liens entre environnement chimique et santé, puisque cela couvre 80% de mon activité en tant que chargée de prévention. Mes missions consistent à développer et mettre en oeuvre la programmation de la structure en santé-environnement qui est notamment axée sur la prévention du risque chimique au quotidien auprès des publics vulnérables que sont les femmes enceintes, les jeunes enfants, les personnes âgées. Je travaille en lien avec les mutuelles, que nous représentons politiquement, en leur proposant, en plus de nos activités en santé publique, des actions à destination de leurs adhérents pour tout ce que traite de la prévention et de la promotion de la santé. Mon travail va de l'ingiénierie de projet, avec la rencontre avec les partenaires PPS régionaux, la recherche de financements, l'animation de réseaux de professionnels, la constitution de comité de pilotage, l'accompagnement méthodologique de structures, à l'animation d'ateliers, de stands... sur toute la région.

 

Apports de la sociologie

Dans mon activité l'apport de la sociologie est multiple. La sociologie me sert dès le démarrage d'un projet, ne serait-ce que quand on fait émerger une idée d'action. Ce que j'ai appris en sociologie de la santé permet de me questionner en permanence sur la cohérence, la pertinence de ce que l'on propose au public que l'on souhaite toucher. Cela va de la phase de diagnostic, avec l'apport de méthodes d'enquêtes, à l'évaluation (de la plus modeste à la plus poussée). Enfin au delà de la sociologie, mon activité en tant que chargée de mission est à la croisée de plusieurs domaines scientifiques, puisque je fais aussi appel à des concepts en géographie de la santé, et je ne cesse de me former sur d'autres domaines, tel que la psychologie avec l'entretien motivationnel par exemple. Je pense que c'est cette pluridisciplinarité qui donne toute sa richesse à ce travail.

 


 

Pauline - 26 ans - Master - Responsable d'évènements culturels.

Parcours universitaire.

J'ai fais un bac ES option SES puis j'ai poursuivi en licence de sociologie parcours culture-loisirs que j'ai obtenu en 2011. Ensuite, j'ai fait un an de master de sociologie. J'ai effectué mon deuxième semestre en erasmus en Espagne. Pour le M2, j'ai fais un stage dans une association culturelle en tant qu'assistante pour le montage de festivals. J'ai obtenu mon master en 2015. Parcours professionnel et emploi actuel. J'ai commencé par une expérience de 3 mois à la direction générale à la culture d'une grande ville, en tant que chargée de mission pour la production d'un festival. Après j'ai été quelques mois au chômage. J'ai postulé dans divers endroits sans grand succès. Puis une commune littorale a publié une annonce pour son service événementiel. J'ai postulé et obtenu cet emploi. J'ai su par la suite qu'il y avait eu 75 candidatures. Ce qui leur a plus, c'est mon expérience dans une collectivité territoriale. Mon travail est très varié. Je m'occupe de pas mal d'événements culturels. Il s'agit de trouver les artistes, de faire le suivi administratif et technique, d'être là pour l'organisation sur les sites, assurer la communication. Ce travail me passionne mais c'est un temps partiel donc le situation reste encore assez précaire. Apports de la sociologie La sociologie m'a beaucoup apportée pour la réflexion que je porte sur mes choix de vie, sur les situations que je vis tous les jours, sur les idées et jugements de mon entourage. C'est devenu une façon de penser. J'analyse beaucoup les choses. Au niveau de mon travail, la sociologie me permet de mieux comprendre le public auquel je m'adresse et donc de faire une communication plus adaptée, de réfléchir sur les enjeux politiques et sociaux des événements culturels que je prépare, sur leur intérêt économique aussi surtout que dans une collectivité territoriale on ne fait pas de la culture de manière désintéresser, il y a toujours des enjeux !

 


 

Benoît - 34 ans - Docteur - Chef de projet

 

Parcours universitaire

 Je suis, depuis 2011, docteur en sociologie politique. Après un master recherche en relations internationales obtenu à l'Université Panthéon Sorbonne Paris 1, j'ai commencé ma thèse en 2006/2007. Ma formation doctorale privilégiait une approche de sociologie politique des relations internationales. J'ai été Attaché temporaire d'enseignement et de recherche (ATER) à Paris 13 pendant une année. J'ai aussi donné des cours à Paris 1. Je précise que j'ai régulièrement profité des terrains de recherche pour réaliser des stages et engranger de l'expérience professionnelle. Cette stratégie s'est révélée payante à double titre : elle permet d'avoir un accès terrain au plus près des réalités (démarche ethnographique) et de développer un réseau professionnel. Tout ceci est compatible avec une activité de publication dans des revues à comité de lecture et des activités de recherche collective (colloque, journées d'études, etc.).

 

Parcours professionnel et emploi actuel

Actuellement, je travaille dans les services du Premier Ministre, en tant que chef de projet "enseignement supérieur et formation" à France stratégie, un organisme de réflexion de type "think tank" gouvernemental. J'ai pris ce poste quelques mois après ma soutenance de thèse, après avoir fait le choix de ne pas poursuivre une carrière universitaire. France Stratégie compte de nombreux docteurs et chercheurs, de toutes les disciplines (économie, sociologie, science politique notamment). Le recrutement à France Stratégie privilégie justement les profils de chercheurs capables d'animer des projets collectifs et de rentrer dans une logique de  déclinaison en politiques publiques d'enseignements issus de l'analyse scientifique.

 

Apports de la sociologie

L'expérience de thésard et l'approche sociologique sont déterminantes à plusieurs égards - et trop peu valorisées en tant que véritables atouts pour le marché du travail. L'expérience de la thèse permet d'apprendre à gérer un projet de long terme, s'organiser de manière très autonome. L'avantage aussi d'écrire, bien, vite et beaucoup, ce qui n'est vraiment pas une compétence commune. La démarche sociologique permet par ailleurs d'avoir un vrai avantage comparatif en termes de réflexivité, d'approche originale des projets. Le travail de terrain (entretiens semi directifs, ethnographie) apporte une réelle plus-value, en termes de développement de compétences relationnelles. Tout ceci permet à mon sens de répondre à deux enjeux cruciaux, même si très contingents dans le monde du travail: comprendre vite ce que l'on attend de nous et savoir naviguer dans les relations professionnelles. De ce point de vue, rien de mieux que d'avoir expérimenté un terrain difficile, où il a fallu négocier l'accès aux données, aux personnes, d'avoir eu à se positionner sur une ligne difficile de chercheur/observateur. Après, il faut juste prendre conscience de la richesse de ces compétences et apprendre à les vendre.

 

 

 


 

 

Liste des universités françaises où est enseignée la sociologie

 

Université (par région)

UFR

Adresse

Particularités licence

Existence de masters en sociologie

Université de Strasbourg

UFR des Sciences sociales, pratiques sociales et développement

www.unistra.fr

Licence de sciences sociales, 3e année de spécialisation en sociologie, ethnologie, démographie, sociologie, médiation et développement social.

oui

Université Bordeaux II-Victor Segalen

UFR des Sciences de l'Homme

www.univ-bordeauxsegalen.fr

Licence de sociologie

Licence d'anthropologie en 3e année

oui

Université de Pau-Pays de l'Adour

UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines

www.univ-pau.fr

Licence de sociologie

 

Université de Bourgogne (Dijon)

UFR Sciences Humaines

www.u-bourgogne.fr

Licence de sociologie

Licence sciences humaines et sociales appliquées au monde contemporain

oui

Université de Rennes II – Haute Bretagne

UFR Sciences Humaines

www.univ-rennes2.fr

Licence de sociologie

oui

Université de Bretagne Occidentale - Brest

UFR Lettres et Sciences Sociales

www.univ-brest

Licence de sociologie

Licence d'ethnologie en 3e année

 

Université François Rabelais-Tours

UFR d'Arts et Sciences Humaines

www.univ-tours.fr

Licence de sociologie/anthropologie

oui

Université de Besançon Franche-Comté

UFR Sciences du Langage, de l'Homme et de la Société

www.univ-fcomte.fr

Licence de sociologie

oui

Université Paris IV-Paris-Sorbonne

UFR philosophie et sociologie - Institut des Sciences Humaines Appliquées (ISHA)

www.univ-paris4.fr

Licence de sociologie

oui

Université Paris V-Paris-Descartes

Faculté de Sciences Humaines et Sociales

www.univ-paris5.fr

Licence de sciences sociales

 

oui

Université Paris VII-Paris-Diderot

UFR Sciences Sociales

www.univ-paris-diderot.fr

Licence de sociologie

oui

Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis

UFR Textes et Sociétés

www.univ-paris8.fr

Licence de sociologie

Possibilité de 3e année en anthropologie

oui

Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense

UFR Sciences Sociales et Administration

www.u-paris10.fr

Possibilité de parcours bi-disciplinaires avec de l'histoire, de la géographie, de l'ethnologie, de l'économie ou de la philosophie.

oui

Université Paris Est Marne-la-Vallée

UFR Sciences Humaines et sociales

www.univ-mlv.fr

Licence de sociologie.

Première année pluridisciplinaire.

Possibilité de double licence Sociologie-Histoire ou Sociologie-Géographie.

oui

Université Paris Est Créteil Val-de-Marne – Paris XII

Faculté de Sciences de l'éducation, Sciences Sociales et STAPS

www.u-pec.fr

Licence Education, travail et Formation

oui

Université d'évry-Val-d'Essonne

UFR Sciences Humaines et Sociales

www.univ-evry.fr

Licence de sociologie

Possibilité d'une première année bidisciplinaire sociologie-histoire

oui

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

UFR des Sciences Sociales

www.uvsq.fr

Licence de sociologie

oui

Université Paul Valéry -Montpellier III

UFR Sciences du Sujet et de la Société

www.univ-montp3.fr

Licence de sociologie

Licence d'ethnologie en 3e année

oui

Université de Limoges

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

www.unilim.fr

Licence de sociologie

oui

Université Paul Verlaine - Metz

UFR Sciences Humaines et Arts

www.univ-metz.fr

Licence de sociologie

Parcours ethnologie

oui

Université Nancy II

UFR Connaissance de l'Homme

www.univ-nancy2.fr

Licence de sociologie.

oui

Université Toulouse II – Le Mirail

UFR Sciences, Espaces, Sociétés

www.univ-tlse2.fr

Licence de sociologie

Licence Anthropologie, ethnologie en 3e année

oui

Centre Universitaire Jean-François Champollion

UFR Sciences Humaines et Sociales

www.univ-jfc.fr

Licence de sociologie (site d'Albi)

oui

Université Lille I

UFR Sciences Humaines et sociales

www.univ-lille1.fr

Licence de sociologie-ethnologie

oui

Université Lille III Charles-de-Gaulle

UFR philosophie

UFR Sciences de l'éducation

www.univ-lille3.fr

Licence de philosophie-sociologie

Licence de sociologie-histoire-développement social

oui

Université de Caen Basse-Normandie

UFR des Sciences de l'Homme

www.unicaen.fr

Licence de sociologie

oui

Université de Rouen

UFR Sciences de l'Homme et de la Société

www.univ-rouen.fr

Licence de sociologie

oui

Université du Havre

UFR Lettres et Sciences Humaines

www.univ-lehavre.fr

Bi-disciplinaire en L1 : Histoire-sociologie ou sociologie-géographie

oui

Université de Nantes

UFR de Sociologie

www.univ-nantes.fr

Licence de sociologie

oui

Université Catholique de l'Ouest - Angers

Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées

www.uco.fr

Licence de sociologie

oui

Université de Picardie Jules Vernes

UFR de Philosophie, Sciences Humaines et Sociales

www.u-picardie.fr

Licence de sociologie

Possibilité de 3e année en ethnologie

oui

Université de Poitiers

UFR Sciences Humaines et Arts

www.univ-poitiers.fr

Licence de sociologie

oui

Aix-Marseille Université

UFR Civilisation et Humanités

www.univ-provence.fr

Licence de sociologie

Licence d'anthropologie sociale et culturelle

oui

Université Nice Sofia-Antipolis

UFR Lettres, Arts, Sciences Humaines

www.unice.fr

Licence de sociologie

Licence d'ethnologie (3e année)

Licences bi-disciplinaires Ethnologie-Histoire et Ethnologie générale-Ethnologie des arts vivants

oui

Université de Perpignan Via Domitia

UFR Lettres et Sciences Humaines

www.univ-perp.fr

Licence de sociologie

 

Université Lumière Lyon II

Faculté d'Anthropologie et de Sociologie

www.univ-lyon2.fr

Licence de sociologie

Licence d'anthropologie

oui

Université Jean Monnet-Saint Etienne

Faculté Sciences Humaines et Sociales

www.univ-st-etienne.fr

Licence de sociologie

oui

Université Pierre-Mendès-France-Grenoble

UFR Sciences de l'Homme et de la Société

www.upmf-grenoble.fr

Licence de sociologie

oui

Université de Savoie-Chambéry

UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines

www.univ-savoie.fr

Licence de sociologie

oui

Source : O. Martin, E. Brun, A. Mathieu-Frtiz, Je réussis en socio , Paris, Armand Colin , 2012

 

Quelques liens pour consulter le devenir professionnel de diplômé(e)s de sociologie (niveau master)

 

Données nationales

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24624/insertion-professi...

 

Lille 1

http://ofip.univ-lille1.fr/Repertoire-metiers/Master/Ingenierie-sciences-sociales/

 

Lille 3

http://ofive.univ-lille3.fr/pages/insertion.html

Marseille

http://deve.univ-amu.fr/sites/deve.univ-amu.fr/files/fiche_ext_master_20...

 

Nancy 2

http://www.insertion.univ-lorraine.fr/donneescumulees/Mention/L3GSOCIO/L3GSOCIO.htm

 

Nantes

http://www.univ-nantes.fr/1413471634987/0/fiche___pagelibre/&RH=13270856...

 

Poitiers

http://www.univ-http://www.univ-poitiers.fr/servlet/com.univ.collaborati...

 

Toulouse 2
http://www.univ-tlse2.fr/accueil/universite/organisation/services/la-promotion-2012-30-mois-apres-l-obtention-d-un-master-2-ufr-ses-400398.kjsp?RH=services

Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)

www.uvsq.fr/enquetes, rubrique « Les parcours d’études au sein de l’UVSQ

 

Sur la question des débouchés professionnels voir également

 

- O. Piriou, Que deviennent les diplômés de sociologie ? Un état de la discipline et de son avenir, Revue Sociologos, n° 3, 2008. https://socio-logos.revues.org/1622

 

- O. Martin, E. Brun, A. Mathieu- Fritz, Je réussis en socio, Paris, Armand Colin, 2012