AAC Session conjpointe RT01 et RT08 - Congrès AFS Amiens 2017

En complément de l'appel  à communications général du RT08, voici un appel à communications pour une session conjointe entre le RT01 (savoir, travail, profession) et le RT08 (sociologie du militaire) lors du prochain congrès de l'AFS à Amiens en juillet prochain.

 

Session conjointe RT1 (savoir, travail, profession) et RT8 (Sociologie du militaire : sécurité, armées et société)

Les professionnels de la sécurité : perspectives comparées sur des opérateurs du pouvoir de l’État

Contrôler, surveiller et assister la population sur le territoire est un triptyque au coeur du pouvoir régalien de l’État (à la fois pouvoir coercitif et conservatif). Militaires, policiers, pompiers, secouristes, agents de la protection civile, agents de sécurité privés, voici autant de d’acteurs (salariés et bénévoles) qui concourent à la production de ce que le sens commun administratif nomme la « sécurité » et qui demeurent généralement étudiés séparément par les sciences sociales.

Cette session conjointe vise justement à explorer de façon transversale l’organisation et le fonctionnement du monde des professionnels de la sécurité, ainsi que les évolutions qui l’affectent, et par ce biais, à appréhender une autre facette des transformations de l’État. Elle a vocation à rassembler chercheuses et chercheurs au-delà des découpages usuels des thèmes ou objets de recherche entre différents sous-champ spécialisés (sociologie des militaires, sociologie de la police, sociologie du travail et des groupes professionnels, sociologie des professions, sociologies de organisations, sociologie de l’État, sociologique des politiques publiques, études de sécurité, sociologie de la violence, etc.).

Dans un contexte de durcissement des politiques sécuritaires, les membres de différents groupes professionnels dont il est question ici semblent pris dans des contraintes structurelles qui ont des effets très concrets sur leurs conditions de travail. Exposés d’un côté à une extension et à un redécoupage de leurs mandats dans un contexte d’état d’urgence prolongé, ils sont d’autre part contraints par des logiques d’optimisation des coûts de la fonction publique par la réduction d’effectifs et la gestion par « le chiffre », ainsi que par leur mise en concurrence avec le secteur privé. Les récentes mobilisations policières, les appels à l’assouplissement des doctrines d’encadrement de l’ouverture du feu par les forces de l’ordre, la mise en place de nouveaux fichiers, le déploiement généralisé et continue des forces militaires sur le territoire national, ou bien encore l’enseignement des techniques militaires de premiers secours au combat aux infirmiers et bénévoles de la protection civile, voire le projet de délégation des contrôles de vitesse aux personnels autoroutiers, voici autant d’indices concrets de ces multiples tensions et transformations qui affectent depuis peu la manière dont sont administrés et délégués les moyens de la sécurité sur le territoire et auprès de la population.

Nous attendons des contributions qui s’intéresseront, entre autres, aux conditions de travail, aux contenus des métiers et à leurs évolutions, à l’émergence de nouveaux segments, aux identités, ou bien encore à l’encadrement des activités, aux instruments et aux techniques que ces professionnels mettent en oeuvre. Ces différents domaines pourront être abordés sous le spectre des questionnements suivants : Qui sont les travailleurs de la sécurité ? Comment sont-ils recrutés, formés et socialisés à leurs métiers ? Quelles sont les dynamiques de professionnalisations qui les affectent ? Quelles sont les répercussions du new public management sur la division du travail, les rôles et les actions de ces professionnels ? Avec qui sont-ils en concurrence et quels sont les nouveaux acteurs de ce champ ? Comment se fixent les normes qui encadrent leurs actions ? Qui concourt à la fixation de ces normes ? Quels sont les transferts d’instruments, de techniques et de savoir-faire entre les différents secteurs qui composent ce monde professionnel ceux qui lui sont connexes ? Dans quelle mesure et comment ces transferts affectent-ils la définition de leurs métiers et leurs pratiques ? Jusqu’où le travail de production de la sécurité est-il délégué, dans quelles conditions, et quels sont les effets de cette délégation ?

Les propositions sont à envoyer avant le 20 janvier aux adresses suivantes : mathias.thura@gmail.com, sebjakubowski@aol.com (l’appel sera très probablement prolongé pour correspondre aux deadlines du RT1, qui seront plus tardives).

Les propositions, d’un maximum d’une page, indiqueront :
Les nom(s) et prénom(s) du ou des auteurs, leur(s) statut(s) avec adresse électronique, le titre de leur communication ainsi que le résumé de cette dernière.

Fichier attaché: