Ouvrage Jeunesses de rue

Jeunesses de rue

Représentations, pratiques et réactions sociales

 

Sous la direction de Manuel Boucher

 

Avec la collaboration de : Janie Adge, Sofiane Ailane, Serena Cello, Konstantinos Delimitsos, Perrine Devleeshouwer, Thierry Dominici, Marie Dos Santos, Maryse Esterle, Alice Gaïa, Gérard Mauger, Marie Peretti-Ndiaye, Delphine Pietu, David Puaud, Vianney Schlegel, Naoko Tokumitsu, Alain Vulbeau

 

Dans un contexte politico-médiatique craintif à l’encontre des jeunesses de rue et des jeunesses populaires mais aussi de suspicion d’inefficacité des institutions et des acteurs sociaux vis-à-vis des pratiques juvéniles exprimées dans l’espace public, notamment les regroupements de jeunes, cet ouvrage confronte ces représentations à la réalité des pratiques culturelles, sociales et politiques des jeunes, des acteurs et des institutions chargés de développer leurs pratiques, de les accompagner, de les encadrer, voire de les réprimer au sein de différents espaces de socialisation.

À partir de travaux de recherche en sciences sociales, d’une part, sur les socialisations et sociabilités juvéniles dans la rue associées à des pratiques spécifiques (artistiques, musicales, sportives, sexuelles, addictives, délinquantes, politiques, religieuses, etc.) et d’autre part, sur les interventions (sociales, humaines, techniques) mises en œuvre par les acteurs de la socialisation du risque avec les jeunes présents dans la rue (éducateurs, animateurs, médiateurs, policiers, militants, agents de sécurité…), cet ouvrage interroge la coproduction des logiques d’action à l’œuvre du côté des jeunesses de rue et des acteurs de la complexification du contrôle social (assistance, éducation, ethnicisation, intégration, répression, surveillance, médiation, etc.).

 

Cet ouvrage comporte trois parties articulées entre elles. La première partie s’intéresse aux représentations dont les jeunesses de rue sont l’objet ; la seconde partie décrit des actions et pratiques concrètes de ces jeunes tandis que la troisième partie interroge les réactions sociales que ces pratiques suscitent.

Fichier attaché: