RT9 Sociologie de l'urbain et des territoires

Responsable(s) : Bruno Cousin

Descriptif : Les Objectifs : - Donner une plus grande visibilité au champ dans le respect de sa diversité théorique, thématique et méthodologique, non seulement dans le milieu académique mais aussi dans d'autres sphères professionnelles, avec un souci d'ouverture au niveau international. - Contribuer à établir un état des lieux des modes de construction des objets et des façons de se référer à " l'urbain ". - Etre un relais pour les sollicitations et les collaborations, entre autres sur le plan international - Nourrir le débat scientifique dans la transversalité avec d'autres RT. - Constituer un lieu d'échanges stimulant pour les doctorants et les post-doctorants.

Bureau : Jean-Yves Authier, Vincent Baggioni, Bruno Cousin, Yankel Fijalkow, Rémi Habouzit, Anne Lambert, Lydie Launay.

Contact : bruno.cousin@univ-lille1.fr

Prochain évènement :

Appel à communications du RT9 Sociologie de l’urbain et des territoires
pour le 7e Congrès de l’Association française de sociologie
(Amiens, 3-6 juillet 2017)

Dans le cadre de la préparation du 7e Congrès de l’AFS, le réseau thématique Sociologie de
l’urbain et des territoires lance un appel à communications « blanc » : toutes les
propositions de communications relevant du domaine de recherche du RT sont donc les
bienvenues et seront évaluées exclusivement en fonction de leurs qualités intrinsèques.

Néanmoins, dans la perspective de rattacher autant que possible les sessions organisées par le
RT9 au thème général du Congrès – « Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie » –
nous encourageons tout particulièrement les propositions portant sur les lieux et espaces du
pouvoir. En effet, la question du pouvoir en sociologie trouve au travers de l’étude spatiale
des phénomènes sociaux et, inversement, l’étude sociale des phénomènes spatiaux, un terrain
d’application particulièrement heuristique.

La ville est couramment considérée comme le lieu où se rencontre une multiplicité d’acteurs,
aux intérêts parfois divergents, qui sont inégalement dotés pour peser sur les rapports sociaux
qui s’expriment dans ses territoires. Mais la distribution spatiale des individus et groupes
sociaux à l’intérieur de la ville ne se réduit pas à une traduction plus ou moins fidèle de la
place occupée dans la hiérarchie sociale nationale ou globale, elle résulte également des
rapports sociaux qui se déploient localement : des formes d’investissement spatial spécifiques
pouvant représenter aussi bien des ressources que des handicaps pour les différents individus
et groupes sociaux impliqués. Ainsi, cette approche des rapports de pouvoir en ville fait
émerger au moins quatre axes possibles de réflexion.

Axe 1 / Pouvoir et luttes spatiales entre les groupes sociaux – Ce premier axe invite à
s’interroger à partir d’évènements et de contextes urbains bien précis sur la façon dont les
lieux investis apparaissent comme des espaces d’ancrage et de ressources locales, de pouvoir
et de revendications politiques et/ou de tensions et de lutte entre les différents groupes
sociaux. Comment se construisent et se manifestent les différents investissements matériels et
symboliques de l’espace, et à quels groupes sociaux se rattachent-ils ? Comment ces
différents modes d’investissements se combinent-ils dans l’ordre social local et selon quels
types de pouvoirs (économiques, symboliques…) ? Sous quelles conditions les lieux investis
constituent-ils des ressources, des leviers de pouvoir ou des sources de tension sur lesquels
s’appuient les dynamiques de reproduction, de résistance, ou de lutte contre des hiérarchies
sociales, locales et/ou plus globales ?

Axe 2 / Nouvelles formes urbaines et redistribution des pouvoirs dans la ville – Comment
les espaces urbains confrontés à de nouveaux processus et aux nouvelles échelles de
développement des villes se soumettent-ils ou au contraire résistent-ils à la redistribution des
pouvoirs ? Quels sont les effets de la métropolisation, de la gentrification, de la refondation ou
de l’étalement urbain sur la distribution des lieux de pouvoir dans la ville ? De quelles
manières s’expriment et se coordonnent les nouveaux pouvoirs, tant – par exemple – en
termes de monumentalité que d’aménagement de l’espace ? Le phénomène de numérisation
de la ville a-t-il un impact en termes de redistribution des pouvoirs ?

Axe 3 / Effet des politiques publiques urbaines et territoriales – En étant localement
situées, nombre de politiques publiques (rénovation urbaine, SRU, aménagement urbain, etc.)
se donnent le pouvoir d’agir sur les lieux grâce à des opérations aussi bien orientées sur la
forme urbaine des espaces que sur les logiques de peuplement. Sous quelles conditions la
transformation de l’espace, que provoquent ces politiques, bouleverse et/ou (ré)organise les
modalités d’appropriation et les usages d’un lieu ? Par exemple, quelles sont les conséquences
des politiques de mixité sociale et des logiques de peuplement sur les relations localisées ?
Ces cohabitations imposées conduisent-elles à une reconfiguration des ressources et des
pouvoirs locaux, obligent-elles à leur redéfinition par les acteurs ? Sont-elles source de
tensions et/ou d’évitement ?

Axe 4 / Reconfiguration de la gouvernance et lieux de pouvoir – Ce dernier axe interroge
les effets de formes spécifiques de gouvernance sur l’espace physique, social et/ou
architectural. La « gouvernance multiniveaux » demeure-t-elle un concept opératoire pour
décrire la recomposition du pouvoir dans le pilotage et la gestion de projets urbains ? La
promotion de nouvelles échelles de gestion territoriale (métropoles, intercommunalités,
nouvelles régions) participe-t-elle à l’émergence et à la consolidation ou, à l’inverse, à la
diminution de la gouvernance au niveau des villes ?

Les propositions de communication (1 page maximum) doivent être transmises le 10 février
au plus tard aux deux adresses rt9afs@gmail.com et sociologiedelurbain@gmail.com.
Elles seront évaluées par le bureau du RT9, et les résultats de la procédure de sélection seront
transmis aux auteurs-e-s au plus tard le 28 février 2017. Merci d’avance de bien vouloir
indiquer comme objet du message et nom du fichier « RT92017-NOM(S) ».

Le Bureau du RT9
Jean-Yves Authier, Université Lyon 2 / Centre Max Weber
Vincent Baggioni, Université Aix-Marseille / LAMES
Bruno Cousin, Sciences Po / Centre d’études européennes
Yankel Fijalkow, ENSA Paris Val de Seine / LAVUE
Rémi Habouzit, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines / PRINTEMPS
Anne Lambert, INED / Centre Maurice Halbwachs
Lydie Launay, Institut National Universitaire Champollion / LISST

 

Dernières annonces des RT/GT